Le gardien de l’Ă©quipe d’Italie Salvatore Sirigu Ă  l’Ă©chauffement avant le match contre le Liechtenstein en qualif pour l’Euro-2020, le 26 mars 2019 Ă  Parme
Par Stanislas TOUCHOT / © 2019 AFP

Toujours un Gianluigi pour lui barrer la route ! Longtemps restĂ© dans l’ombre de Buffon, Salvatore Sirigu est dĂ©sormais le N.2 de Donnarumma en Ă©quipe d’Italie, malgrĂ© de remarquables performances en club, qui ont fait naĂ®tre un dĂ©but de dĂ©bat sur la hiĂ©rarchie au poste de gardien.

Si le doute existe avant le match de samedi face Ă  la Grèce, qui peut dĂ©jĂ  envoyer l’Italie Ă  l’Euro, le mĂ©rite en revient Ă  Sirigu.

A 32 ans, l’ancien gardien du PSG a en effet laissĂ© derrière lui la fin ratĂ©e de son expĂ©rience parisienne et ses deux prĂŞts sans succès Ă  SĂ©ville et Pampelune.

Et depuis 2017 avec le Torino, le Sarde s’est totalement relancĂ© et est revenu Ă  un très haut niveau, complet, explosif, sans point faible et avec une nouvelle spĂ©cialitĂ© sur penalty (dĂ©jĂ  six repoussĂ©s en un peu plus de deux saisons).

Pour beaucoup d’observateurs, Sirigu est donc dĂ©sormais le meilleur gardien italien de Serie A, ce que semblent confirmer certains statistiques, seul le Slovène Handanovic (Inter Milan) ayant depuis 2017 un meilleur pourcentage de tirs arrĂŞtĂ©s que lui.

Mais Gianluigi Donnarumma est l’Ă©lu. Après les deux dĂ©cennies de règne de Buffon (176 sĂ©lections), il fallait un gĂ©ant et Roberto Mancini a choisi le jeune gardien de l’AC Milan, ses records de prĂ©cocitĂ© (premier match de Serie A Ă  16 ans et quatre mois, première sĂ©lection Ă  17 ans et demi), son sang froid, son envergure.

Seulement voilà, si Donnarumma fait des exploits, il commet aussi quelques erreurs, de moins en moins souvent, mais toujours plus que Sirigu, à peu près irréprochable depuis deux ans.

“Jusqu’au 6e gardien”

Alors, la Gazzetta dello Sport a mis les pieds dans le plat cette semaine et a poussĂ© pour la candidature Sirigu. “Il serait opportun de lui offrir d’autres occasions de conquĂ©rir le poste de titulaire Ă  l’Euro. Nous pensons Ă  un test immĂ©diat contre la Grèce, ou peut-ĂŞtre contre la Bosnie” au mois de novembre, a Ă©crit le quotidien aux pages roses.

“Il est clair que le futur en sĂ©lection appartient Ă  Gigio (Donnarumma, ndlr). Mais nous parlons ici de juin 2020”, a ajoutĂ© La Gazzetta.

Mais le dĂ©bat n’a pas vraiment dĂ©bordĂ© et s’est arrĂŞtĂ© net aux portes de Coverciano, le Clairefontaine des Azzurri.

“Ca n’est pas facile de laisser ce Sirigu-lĂ  sur le banc au vu de ses excellentes prestations avec le Torino. Mais Salvatore sait très bien quelle est la hiĂ©rarchie dans les buts de l’Italie. Le titulaire est Donnarumma”, a de nouveau tranchĂ© Mancini.

“Salvatore sait aussi qu’on regarde toujours l’Ă©tat de forme de chacun, Ă  chaque moment. Et nous, on sait qu’on peut compter sur lui, aussi bien au plan technique qu’au plan humain”, a-t-il ajoutĂ©.

“S’il y a bien un problème que nous n’avons pas, c’est celui du gardien. Si l’un est absent, il y a un autre, tout aussi fort. A ce poste, on est très bien fournis jusqu’au 6e gardien”, a encore souri le technicien italien.

De fait, Sirigu et Donnarumma se sont pour l’instant partagĂ©s le travail dans ces qualifications, du fait notamment de la blessure du Milanais en fin de saison dernière.

Les deux gardiens en sont Ă  trois matches chacun dans l’impeccable six sur six rĂ©ussi par les Azzurri. Une septième victoire, avec Donnarumma dans les buts au Stade Olympique de Rome, vaudrait qualification pour l’Euro.