Italie: Ribéry à la Salernitana, comme un film de Serie B

L’attaquant français de Salernitana, Franck Ribery, aux prises avec son homologue espagnol de la Lazio, Pedro, lors de leur match de Serie A, le 7 novembre 2021 au Stade Olympique à Rome
/ © 2022 AFP

Une star n’empêche pas toujours un film d’être mauvais: la Salernitana, lanterne rouge du Championnat d’Italie, plonge vers la Serie B malgré Franck Ribéry, souvent absent depuis janvier et dont l’avenir reste assez mystérieux, à presque 39 ans.

S’il ne marque pas contre la Juventus, dimanche à Turin, “FR7” bouclera une année complète sans avoir marqué. Son dernier but remonte au 21 mars 2021, avec la Fiorentina, club qui ne l’a pas retenu l’été dernier au terme de son contrat de deux ans.

Même si Ribéry n’a jamais été un “serial buteur”, une telle disette serait une première pour lui au plus haut niveau.

Mais avant de retrouver la joie du buteur, l’ex-ailier des Bleus et du Bayern Munich doit déjà renouer avec le plaisir plus simple de fouler les terrains, lui qui connaît un début d’année 2022 en pointillé avec quatre apparitions seulement depuis le 1er janvier.

La faute au Covid-19, d’abord, qui l’a contraint à rester chez lui en janvier, une période “très difficile”, a-t-il écrit sur Instagram.

Fin février, c’est un accident de la circulation qui l’a mis au repos forcé, “par précaution” en raison d’un “léger traumatisme crânien”, selon son club.

“Mission impossible”

D’après la presse italienne, sa voiture a heurté le poteau d’un feu de circulation au retour d’une soirée. Le club a assuré que Ribéry n’était pas au volant mais a annoncé l’avoir sanctionné d’une amende pour cet incident nocturne.

“Après avoir vu la voiture, je lui ai juste dit: +Je suis content que tu ne sois pas mort+. C’est un être humain extraordinaire, il aide ses coéquipiers, il participe avec ténacité malgré sa riche histoire”, l’a depuis absous dans la Gazzetta dello Sport le directeur sportif Walter Sabatini.

Revu cette semaine à l’entraînement, Ribéry pourrait être de retour dimanche à Turin, pour le nouvel épisode de la “mission impossible” de la Salernitana, bonne dernière de Serie A avec neuf points de retard sur le premier non relégable.

Avec une seule défaite lors des six derniers matches (pour cinq nuls), le promu entretient l’espoir. Mais ses chances paraissent toujours plus minces, faute d’avoir remporté des duels récents contre des rivaux directs (Genoa, Spezia).

La mission de Ribéry n’a pas vraiment été facilitée par les négociations au long cours ayant entouré le changement de propriétaire du club. Après des tergiversations, la vente a été actée in extremis pendant les fêtes, juste avant la date-limite du 31 décembre fixée par la Fédération italienne.

Partir, revenir

Cette cession était exigée pour se conformer au règlement empêchant deux clubs d’avoir le même propriétaire

la Salernitana était co-détenue par le patron de la Lazio Rome.

Si l’avenir de l’équipe de la ville de la côte amalfitaine, au sud de Naples, semble de plus en plus scellé, Ribéry n’a lui pas encore clarifié ses intentions pour la suite.

Pendant le mercato hivernal, des médias ont évoqué des envies de retraite d’un joueur qui va fêter ses 39 ans le 7 avril. La seule réponse de l’intéressé aux rumeurs a été une vidéo le montrant en train de suer sur un tapis de course.

Mais son club avait officiellement reconnu que sa star avait failli partir: “Ces dernières heures, il y a eu un changement d’avis de Ribéry qui avait initialement demandé à partir et puis a décidé de rester”, avait raconté Walter Sabatini dans une interview sur le site du club, juste après la clôture du mercato le 31 janvier.

Le directeur sportif assurait aussi compter plus que jamais sur son “champion”: “S’il trouve les bonnes stimulations, il nous aidera grandement”.