Italie: Milan ou la C1? Donnarumma à l’heure des choix

Le gardien de l’AC Milan, Gianluigi Donnarumma, à l’échauffement avant un match de Serie A contre Parme, à Milan, le 13 décembre 2020
Par Anthony LUCAS / © 2021 AFP

À seulement 22 ans, Gianluigi Donnarumma est un pilier de l’AC Milan avec plus de 200 matches en Serie A. Mais sans Ligue des champions en fin de saison, il est probable que le gardien international italien, en fin de contrat, s’en aille grandir ailleurs.

C’est du côté de la Juventus Turin, adversaire des Milanais dimanche (20h45) dans un match capital dans la bataille pour la C1, que les tifosi rossoneri redoutent de plus en plus de voir s’envoler “Gigio”.

Faute d’accord avec son agent, le gourmand et intraitable Mino Raiola, la tension est à son comble alors que le gardien sera libre dans quelques semaines.

Les ultras ne peuvent plus, comme ils l’avaient fait en 2017, scander leur colère en tribunes et jeter de faux billets verts derrière la cage de “Dollarumma”, pour protester contre les prétentions financières du clan DonnarummaAntonio, son frère âgé de 30 ans, est toujours dans l’effectif comme troisième gardien, bien qu’il n’ait disputé que… trois matches en quatre ans.

Mais une délégation de supporters s’est quand même fait entendre la semaine dernière devant le centre d’entraînement de Milanello. Elle a obtenu de pouvoir rencontrer le gardien pour lui demander de clarifier ses intentions avant le match contre la Juve, ou alors de renoncer à disputer cette rencontre capitale.

Gel des négociations

“Personne en dehors de Milan ne peut décider qui joue et qui renouvelle son contrat”, a dû intervenir le directeur technique Paolo Maldini, dans une déclaration à l’agence italienne ANSA.

Il a annoncé dans la foulée le “gel de toutes les négociations de renouvellement jusqu’à la fin de la saison, afin de permettre à l’équipe de se concentrer uniquement sur le championnat”.

Dans les faits, les négociations semblaient de toute façon au point mort et certains médias ont déjà évoqué des contacts avec un potentiel remplaçant, le gardien lillois Mike Maignan.

Et ce bien que Milan ait proposé une substantielle hausse de salaire à Donnarumma selon la presse italienne: 8 millions annuels contre 6 actuellement, soit au-delà des quelque 7 M promis à Zlatan Ibrahimovicégalement pensionnaire de l’écurie Raiolapour son année supplémentaire à Milan.

Peu de clubs semblent capables de s’aligner. La Juventus en fait sans doute partie, même si les capacités financières des Bianconeri vont également beaucoup dépendre d’une qualification ou non pour la C1.

Plus précoce que Buffon

Au-delà de la question salariale, la Ligue des champions paraît désormais une étape indispensable dans le parcours de “Gigio”, devenu une institution en Serie A, où il est titulaire depuis qu’il a 16 ans et demi (211 apparitions), comme en équipe d’Italie (25 sélections), où il apparaît comme le digne successeur de Dino Zoff et de Gianluigi Buffon.

À 22 ans, l’échalas de près de deux mètres de haut (1,96 m) est même en avance sur les temps de passage de Buffon, à qui il a succédé en 2018 après la retraite internationale du recordman des sélections (176). Buffon avait dû attendre d’avoir 24 ans pour passer le cap des 200 matches dans l’élite (il en compte aujourd’hui 656, le record) et pour célébrer sa 25e sélection.

Mais à l’âge de “Donna”, “Gigi” Buffon avait en revanche déjà quelques heures de vol en Ligue des champions et même une coupe européenne au palmarès (Coupe de l’UEFA 1999 avec Parme). Quand le gardien de Milan ne peut se prévaloir que d’une quinzaine de matches en C3 et aucun en C1.

Une bonne façon pour Milan de retenir encore un peu son gardien serait donc de retrouver enfin cette C1, après huit ans loin de cette compétition qui fut autrefois son terrain de jeu préféré (7 titres pour 11 finales).

Et, pour cela, les arrêts de Donnarumma vont sans doute compter, et dès dimanche contre la Juve de Buffon.