Italie: Milan-Naples, comme un avant-goût de Coupe d’Afrique

Le défenseur sénégalais du Napoli, Kalidou Koulibaly (gauche), lors du match de Serie A contre Sassuolo le 1er décembre 2021 au stade Citta del Tricolore de Reggio Emilia
Par Anthony LUCAS / © 2021 AFP

L’AC Milan comme Naples, opposés dimanche (20h45) dans le choc de la 18e journée de Serie A, dépendent beaucoup cette saison de leurs vedettes africaines et vont devoir faire le dos rond en janvier pendant la Coupe d’Afrique des nations.

A Naples, les blessures récentes et conjuguées du buteur nigérian Victor Osimhen, du puissant défenseur sénégalais Kalidou Koulibaly et du précieux milieu camerounais André Zambo Anguissa ont eu un impact immédiat sur le rendement de l’équipe, passée en moins de trois semaines de la 1re à la 4e place.

Depuis le début de la saison, ces trois-là formaient une colonne vertébrale sur laquelle Luciano Spalletti a pu reconstruire un Naples solide, meilleure défense en Serie A et porté par Osimhen devant (9 buts en 14 matches, toutes compétitions confondues).

Kalidou Koulibaly a aussi marqué le début de saison en prenant la parole contre les insultes racistes dont il a été la cible à Florence en octobre. Avec le soutien appuyé du capitaine de l’équipe d’Italie Giorgio Chiellini: “j’ai eu honte (des insultes, ndlr), en tant qu’Italien et en tant que Toscan.”

A Milan, l’Ivoirien Franck Kessié et l’Algérien Ismaël Bennacer sont aussi des éléments essentiels au milieu de l’équipe reconstruite depuis deux ans par Stefano Pioli, vice-championne la saison dernière et actuellement deuxième.

Le “rêve” d’Anguissa

Kessié impose son autorité dans le jeu et son sang-froid aux penalties (Ibrahimovic lui a laissé le rôle de tireur l’an passé après plusieurs ratés). Bennacer fait valoir son engagement et sa technique, même s’il est moins en vue cette saison.

Les performances des deux joueurs sont souvent un bon thermomètre de l’état de forme des Rossoneri, dépendants de leur qualité à la récupération et à la relance, même si Sandro Tonali a aussi bien grandi ces derniers mois.

A partir du 9 janvier (et jusqu’au 6 février pour les finalistes), ce sont leurs sélections nationales qui vont profiter de l’impact de ces joueurs-clé de la Serie A, lors de la Coupe d’Afrique des nations au Cameroun.

Ce rendez-vous, Anguissa l’attend depuis longtemps: “c’est une coupe que je rêve de soulever devant mes parents, devant mon pays et tous les Camerounais (…). Je sais qu’on a une bonne équipe et les qualités pour aller chercher ce trophée”, confiait en mars à l’AFP l’ex-joueur de Marseille et de Fulham.

Jusqu’à une trentaine de joueurs évoluant en Italie pourraient disputer la CAN, selon Sky Sport.

Mais Naples, avec aussi le milieu offensif algérien Adam Ounas, et Milan, avec une possible convocation du latéral sénégalais Fodé Ballo-Touré, sont les clubs pouvant être potentiellement les plus affaiblis par le départ des internationaux africains.

Osimhen officiellement forfait

Si Anguissa, tout juste rétabli (cuisse), et Koulibaly, encore indisponible pour deux semaines (cuisse), devraient bien disputer la CAN, Osimhen reste lui officiellement forfait.

Le Napoli a annoncé le 23 novembre une indisponibilité de trois mois pour l’ex-Lillois, opéré pour de multiples fractures au visage. Mais son retour à l’entraînement le 8 décembre (hors du groupe) a fait renaître quelques espoirs au Nigeria.

L’entraîneur napolitain Spalletti assure pour sa part ne “pas être inquiet” pour janvier, sauf si les blessures devaient se multiplier dans un effectif qui n’a pas été épargné.

Du côté de Milan, il n’est pas impossible que le club profite du mercato hivernal pour tenter de compenser l’absence provisoire de Kessié et Bennacer. Soit en recrutant un milieu, soit, selon certains médias, en tentant de faire venir dès janvier le milieu de Bordeaux Yacine Adli, joueur que Milan a acheté l’été dernier et laissé aux Girondins en prêt pendant une saison.

Une chose est sûre: les deux clubs guetteront impatiemment le retour en février de leurs stars africaines. Lesquelles pourraient, avant de renouer avec la Serie A, devoir respecter dix jours de quarantaine, en vertu des règles en vigueur en Italie.