Italie: Milan et l’Inter se neutralisent, Naples accroché

Le défenseur sénégalais de l’AC Milan, Fode Ballo, à la lutte avec son homologue de l’Inter Milan, Matteo Darmian, en clôture de la 12e journée de Serie A, le 7 novembre 2021 au Stade San Siro
/ © 2021 AFP

L’AC Milan et l’Inter Milan se sont neutralisés (1-1) dimanche dans le derby milanais, une bonne opération pour les Rossoneri toujours co-leaders avec Naples, accroché par l’Hellas Vérone (1-1), une moins bonne pour les Nerazzuri, toujours à sept points des deux premiers.

Derby milanais sans vainqueur

Comme attendu et espéré par les 56.000 spectateurs à San Siro, le choc de la 12e journée de Serie A a été intense entre deux rivaux jouant à fond et se rendant coup pour coup, pour ce premier derby avec du public depuis février 2020.

L’Inter a ouvert la marque sur un penalty obtenu et transformé par Hakan Calhanoglu (11e), l’ex-Rossonero devenu Nerazzurro l’été dernier. Mais Milan a répliqué rapidement grâce à un but contre son camp de Stefan De Vrij (17e).

L’Inter Milan pourra nourrir des regrets, notamment pour avoir raté un second penalty accordé en première période, quand Lautaro Martinez a vu sa frappe repoussée par Ciprian Tatarusanu (27e). Mais Milan aussi aurait pu emporter le morceau dans les ultimes secondes, avec un tir sur le poteau d’Alexis Saelemaekers.

Les spectateurs se sont régalés mais le sélectionneur italien Roberto Mancini sans doute un peu moins: le milieu de l’Inter Nicolo Barella est sorti à la 68e minute en raison d’une douleur à la cuisse gauche, à quelques jours d’un match capital de l’Italie contre la Suisse en qualifications pour le Mondial-2022.

Naples accroché

Naples reste invaincu (dix victoires, deux nuls) mais a concédé ses premiers points dans son stade Diego-Maradona, l’idole argentine dont le visage était floqué sur les maillots napolitains, pour célébrer le premier anniversaire de sa mort, le 25 novembre.

L’Hellas Vérone, tombeur cette saison de la Roma, la Lazio et la Juventus, a ouvert la marque par Giovanni Simeone (13e). Le fils de l’entraîneur de l’Atlético Madrid, Diego Simeone, est sur un nuage, avec neuf buts lors des sept derniers matches.

Naples a su égaliser vite par Giovanni Di Lorenzo (18e). Mais Victor Osimhen (41e) a trouvé le montant, comme Dries Mertens sur un coup franc (90e+1) dans une fin de match que les Napolitains ont disputée contre un Hellas réduit à neuf après deux cartons rouges (88e, 90e+3).

“C’est dommage, on s’est un peu désunis en seconde période”, a regretté Luciano Spalletti.

Mourinho battu à Venise

L’AS Rome reste dans le dur avec une cinquième défaite, chez le promu Venise (2-3): “Deux buts, pour une équipe qui a eu autant d’occasions, c’est peu. On doit marquer quatre ou cinq buts”, a pesté son entraîneur José Mourinho.

La Roma a calé depuis la dernière trêve internationale avec une seule victoire en sept matches, toutes compétitions confondues(pour deux nuls et quatre défaites).

Les attaquants de pointe Eldor Shomurodov (43e) et Tammy Abraham (45e+2) ont retrouvé le chemin des filets pour mettre les Giallorossi en tête à la pause (2-1), mais la défense romaine a été trop légère en seconde période, mal alignée sur le but décisif signé David Okereke (74e).

La Roma abandonne la 5e place à la Lazio, facile contre la Salernitana (3-0).