Italie: Milan et l’Inter pas vraiment “super”, la Juve s’en sort

La déception des joueurs milanais après le 2e but marqué par l’attaquant de Sassuolo, Giacomo Raspadori (8), lors de leur match de Série A, le 21 avril 2021 au stade San Siro à Milan
/ © 2021 AFP

Après trois jours agités par la Super Ligue, le retour sur les terrains n’a pas été des plus simples pour les cadors du football italien, avec une défaite pesante pour Milan et un nul décevant mais sans conséquence pour le leader l’Inter Milan.

Seule la Juventus s’est sortie d’un match mal embarqué contre Parme (3-1) pour se hisser provisoirement à la 3e place, en attendant le déplacement de l’Atalanta (4e) sur le terrain de l’AS Rome, jeudi en clôture de cette 32e journée.

Contrairement à la compétition quasi-fermée imaginée par Andrea Agnelli et Florentino Perez, la Ligue des champions devra se mériter sur le terrain. Et la défaite concédée à domicile par Milan, dominé par l’enthousiasme de Sassuolo et de son jeune attaquant Giacomo Raspadori (1-2), va compliquer cet objectif prioritaire de la saison des Rossoneri.

“Une défaite suscite toujours beaucoup de déception mais on doit la transformer en détermination, notre avenir passera par les confrontations directes”, a souligné l’entraîneur Stefano Pioli en pensant au prochain déplacement chez la Lazio Rome.

“On ne s’est pas laissé distraire”, a-t-il assuré pour écarter toute influence de l’agitation de la semaine liée à la Super Ligue.

Avant le match, Paolo Maldini, légende du club et actuel directeur technique, avait présenté ses “excuses” aux supporters.

Les Milanais, encore privés d’Ibrahimovic, blessé, ont ouvert la marque sur un joli tir d’Hakan Calhanoglu (30e). Mais le gardien Andrea Consigli a maintenu Sassuolo grâce à de belles interventions devant Alexis Saelemaekers (55e) puis Calhanoglu (61e).

Et au jeu des changements, Roberto De Zerbi, qui s’était prononcé mardi en faveur du boycott de ce match en raison de l’engagement des Milanais dans la Super Ligue, a été le plus inspiré en lançant Raspadori, auteur d’un doublé décisif (76e, 83e).

Inter, quel gâchis!

L’Inter Milan n’a pas pleinement profité de ce revers rossonero en prenant seulement un point à La Spezia (1-1).

Les Liguriens (15e) ont marqué sur leur seul tir du match (Diego Farias, 12e) en profitant d’une erreur du gardien Samir Handanovic.

Les Intéristes, revenus au score par Ivan Perisic (39e), se sont employés à gâcher toutes leurs balles de but après la pause, notamment Lukaku devant le gardien (68e) alors que Lautaro Martinez a trouvé le poteau (80e).

Avec six matches restant à jouer, les dix points d’avance sur Milan et les onze sur les Turinois offrent encore une marge confortable à Antonio Conte qui a savouré “la bonne prestation” malgré les ratés.

“C’est inévitable que, à mesure que l’on voit la ligne d’arrivée, il y ait un peu de pression”, a-t-il ajouté.

La Juventus a elle aussi mal démarré, battue sur un splendide coup franc de Gaston Brugman qui a laissé Gianluigi Buffon, titulaire du soir contre son ex-club, loin du ballon (25e).

Et ce n’est pas le duo offensif Ronaldo-Dybala qui a sorti les Bianconeri de ce mauvais pas mais les défenseurs: Alex Sandro d’abord avec un précieux doublé, un joli enchaînement contrôle-frappe juste avant la pause (43e) puis une tête juste après (47e). Et Matthijs De Ligt a mis les siens à l’abri (68e) après que Arthur eut sauvé une balle d’égalisation sur sa ligne.

“Notre premier adversaire, c’est la tête. Ce n’était pas facile, il s’est passé beaucoup de choses ces derniers jours, mais on est restés avec l’attention juste”, s’est félicité Andrea Pirlo.

Ouf de soulagement aussi pour son président Andrea Agnelli, dans les tribunes, après ces trois jours de tempête ayant suivi l’annonce puis la mort de la Super Ligue dont il rêvait tant.