Italie: Milan et la Juve brillent, l’Inter sous pression

La joie des joueurs de l’Inter Milan sur le but d’Alessandro Bastoni (2e à gauche) contre la Lazio à San Siro, le 9 janvier 2022
/ © 2022 AFP

L’Inter Milan accueillait dimanche soir la Lazio Rome sous la pression de ses poursuivants, tous vainqueurs et avec la manière, à l’image de l’AC Milan, provisoirement en tête, mais aussi la Juventus, qui a renversé la Roma (4-3) dans un match fou.

Menée 3-1 à l’entame des vingt dernières minutes et sans Federico Chiesa, sorti blessé (genou) en première période, la Juve a montré qu’elle restait la Juve, même reléguée à une inhabituelle cinquième place.

Trois buts (Locateli, Kulusevski et De Sciglio) en sept minutes pour passer en tête puis une défense héroïque, à dix contre onze, ont offert à Massimiliano Allegri, en tribune car suspendu, une victoire importante pour le moral.

Les Giallorossi, qui avant ce “trou noir” pensaient avoir match gagné grâce à leurs trois buts (Abraham, Mkhitaryan et Pellegrini) et une belle maîtrise au milieu, se sont ensuite rués en vain sur le but turinois pour tenter de sauver un point.

Un penalty obtenu pour une main de Matthijs de Ligt (exclu) en a offert l’occasion, mais Lorenzo Pellegrini, pourtant auteur sur son but d’un coup franc des 25 mètres à voir et à revoir, s’est raté des 11 mètres (83e). La Roma reste huitième.

Avec ce succès, la Juve reste elle dans le rythme du Top 4 dont tous les membres (en attendant l’Inter) ont également brillé lors cette 21e journée de Serie A.

Emmené par un Théo Hernandez capitaine et deux fois buteur, Milan s’est imposé assez tranquillement à Venise (3-0), pour prendre provisoirement la tête, avec toutefois deux matches de plus que les Nerazzurri.

Les Rossoneri n’ont pas raté l’occasion de rappeler leurs ambitions grâce à un match parfaitement mené pour la 400e en Serie A de leur entraîneur Stefano Pioli.

Thiago Motta respire

Hernandez a été l’origine de l’ouverture du score rapide en lançant parfaitement Rafael Leao à gauche pour une action conclue de près par Zlatan Ibrahimovic (2e).

La latéral français a ensuite assommé Venise, où son compatriote Michaël Cuisance a fait ses débuts, d’un tir puissant en angle fermé (48e) puis sur un penalty transformé sous la barre (59e).

“Capitaine ? C’est un honneur. On travaille tous les jours pour essayer d’aller le plus haut possible”, a commenté le frère de Lucas Hernandez, déjà auteur d’un but à l’aller contre Venise, qui a terminé le match à dix.

Naples a renoué de son côté avec la victoire à domicile après trois défaites: le court succès sur la Sampdoria Gênes (1-0) est l’oeuvre d’Andrea Petagna d’une volée acrobatique (43e).

Luciano Spalletti, guéri du Covid-19 et de retour sur le banc, peut souffler après cette victoire tout en maîtrise malgré un effectif décimé par les absences entre Covid, blessures et Coupe d’Afrique des nations.

Les ennuis ne sont toutefois pas terminés puisqu’il a perdu Lorenzo Insigne, sorti à la demi-heure de jeu en se tenant le haut de la cuisse droite au lendemain de l’officialisation de son départ en fin de saison pour Toronto.

L’Atalanta (4e), au repos forcé jeudi en raison du forfait du Torino, n’a elle fait qu’une bouchée de l’Udinese (6-2), le club le plus touché par le Covid-19 en Serie A (douze joueurs positifs vendredi).

A l’abri à la pause avec déjà un 3-0 en poche, la “Dea” a notamment profité des deux jolis buts de son attaquant colombien Luis Muriel, alliant vitesse et technique.

Dans les autres matches du jour, à noter la victoire importante dans le bas du classement de la Spezia contre le Genoa (1-0), un bon bol d’or pour son entraîneur Thiago Motta, dont l’équipe (16e) compte six points d’avance sur le premier relégable.