Italie: l’Inter Milan fête le titre en atomisant la Sampdoria (5-1)

La joie des joueurs de l’Inter Milan après leur victoire, 5-1 face à la Sampdoria, lors de leur match de Série A, synonyme de titre de champion d’Italie, le 8 mai 2021 au stade de San Siro
/ © 2021 AFP

Foule de supporteurs devant le stade, haie d’honneur à l’entrée sur le terrain et avalanche de buts avec des remplaçants à l’honneur: l’Inter Milan a célébré samedi son scudetto en atomisant la Sampdoria (5-1), pas venue à San Siro avec l’intention de gâcher la fête.

Huis-clos sanitaire oblige, c’est devant San Siro que quelques milliers de supporters nerazzurri ont pu faire laisser éclater leur joie, à l’arrivée du bus des joueurs. Drapeaux, chants et applaudissements ont accueilli Antonio Conte et ses troupes avant la rencontre.

A l’entrée sur le terrain, les joueurs de la Sampdoria ont formé la traditionnelle haie d’honneur, seul signe de célébration faute d’une ambiance à la hauteur de l’événement: le premier titre de championne d’Italie depuis 2010 pour l’Inter, validé le week-end dernier à quatre journées de la fin de la saison.

Invités modèles n’ayant plus rien à perdre ni à gagner, les joueurs de Claudio Ranieri le sont restés une fois le match commencé, se gardant bien de perturber la fête.

Antonio Conte avait laissé sur le banc plusieurs des grands artisans du titre (Lukaku, Barella, Brozovic, Perisic, Skriniar, De Vrij…) pour associer tout le monde au festin.

Dès la 4e minute, le “soldat” Roberto Gagliardini était récompensé en ouvrant la marque sur un service d’Ashley Young. Alexis Sanchez, frustré par son faible temps de jeu pendant la saison, s’est aussi rattrapé avec un doublé (26e, 36e) qui a éteint les quelques velléités de la Samp, revenue au score par Keité Baldé (35e).

Plus généreux que jamais, Conte a lancé en seconde période le gardien remplaçant Ionut Radu puis l’attaquant Andrea Pinamonti qui ne s’est pas fait prier pour marquer son premier but en Serie A sous le maillot de l’Inter (61e).

Romelu Lukaku pouvait tranquillement profiter du spectacle depuis le banc, et applaudir le 16e but de son compère habituel Lautaro Martinez, pas fâché de prendre en charge le penalty qui se présentait (70e) en l’absence du Belge, tireur habituel.

Voilà ce qu’on appelle une célébration sans fausses notes, aux allures de revanche pour les Nerazzurri après la défaite à l’aller à Gênes (1-2), l’un des deux seuls revers de la saison en championnat.