Italie: l’Inter bousculée par Naples mais toujours leader

Inter Milan, grâce à Edin Dzeko (N.9), arrache le nul sur la pelouse du Napoli, le 12 février 2022
/ © 2022 AFP

L’Inter Milan a été sérieusement bousculée par son dauphin Naples, samedi, mais a préservé un nul (1-1) suffisant pour conserver la tête, avec toutefois la menace de voir l’AC Milan passer devant dimanche.

A quatre jours de défier l’ogre Liverpool en Ligue des champions, le leader nerazzurro n’a pas montré son intensité habituelle dans le jeu mais a sauvé un point grâce à l’opportunisme d’Edin Dzeko (47e), après avoir été pris à froid par un penalty de Lorenzo Insigne (7e).

L’Inter Milan (54 pts, avec un match en retard) reste en tête devant le Napoli (53 pts) et l’AC Milan (52 pts), qui accueille dimanche midi la Sampdoria Gênes (16e) lors de cette 25e journée.

Le parfum de scudetto revenu flotter ces temps-ci au pied du Vésuve a ravivé les passions dans les gradins du stade Diego Maradona. Et malgré les restrictions en vigueur (50% maximum, soit 27.000 spectateurs), les tifosi partenopei ont donné de la voix pour tenter d’impressionner cette Inter sous pression après son faux-pas dans le derby milanais (1-2).

Et sur la première action dangereuse du Napoli, Victor Osimhen a poussé à la faute de Stefan Di Vrij dont l’intervention en retard a échappé à l’arbitre mais pas à l’assistance vidéo.

Penalty et énorme ovation pour Lorenzo Insigne qui n’a pas raté la cible pour signer son 116e but avec Naples, dépassant la légende Maradona dans le classement des meilleurs buteurs du club, mené par le Belge Dries Mertens (144 réalisations).

Koulibaly infranchissable

L’Inter a accusé le coup, incapable de hausser le rythme et contraint de subir les vagues napolitaines. Samir Handanovic a été sauvé par son poteau sur la frappe de Piotr Zielinski (12e) puis par la maladresse d’Osimhen (27e, 30e) et Insigne (29e).

La défense de Naples, avec Kalidou Koulibaly de retour de la Coupe d’Afrique des nations, n’a elle pas tremblé jusqu’à la pause, seulement inquiétée par une tête trop écrasée d’Edin Dzeko (35e).

On ne sait pas ce qu’a dit dans les vestiaires Massimiliano Farris, l’adjoint de Simone Inzaghi, suspendu et en tribunes après la fin de derby tendu il y a une semaine. Mais dès la reprise, l’Inter a retrouvé des couleurs pour égaliser immédiatement: Edin Dzeko, avec l’aide d’un rebond sur un défenseur napolitain, a marqué en force sous la barre (47e) son 10e but en championnat.

Les Intéristes, remis en selle, ont alors accentué peu à peu la pression, sans toutefois la maîtrise habituelle. Et sur les nombreux contres napolitains, il a fallu un Handanovic encore vigilant, pour dévier du pied une énième tentative d’Osimhen (55e) puis sortir sur Eljif Elmas en position idéale (68e).

Les Milanais ont continué pour leur part de se casser les dents sur un Koulibaly infranchissable. Ils restent certes installés dans le fauteuil de leader, mais une chose est certaine: Naples reste dans le course pour leur chiper la place.

La Lazio Rome, de son côté a bien réagi trois jours après avoir sombré contre l’AC Milan (0-4) en Coupe d’Italie, en confirmant ses progrès en championnat devant Bologne (3-0) grâce à Ciro Immobile et un doublé de Mattia Zaccagni.

Les Romains (6e) ne sont plus qu’à un point de l’Atalanta (5e), qui accueille dimanche soir la Juventus (4e), lors de cette 25e journée de Serie A.