Italie: le leader AC Milan sur le gril à Naples

L’attaquant suédois Zlatan Ibrahimovic aux prises avec le défenseur Giangiacomo Magnani, lors du match de l’AC Milan contre Vérone, le 8 novembre 2020 à San Siro
/ © 2020 AFP

Avec sept journées en cinq semaines d’ici Noël, la Serie A va finir l’année au pas de charge: l’occasion pour l’AC Milan, leader inattendu, de tester l’épaisseur de son cuir avec dès dimanche un déplacement périlleux à Naples.

La Juventus Turin, après avoir laissé filer déjà beaucoup de points, doit passer à la vitesse supérieure face à Cagliari samedi, lors de cette 8e journée qui verra les joueurs porter une marque rouge sur le visage dans le cadre d’une action contre les violences à l’égard des femmes.

Milan sur un volcan

La trêve était arrivée au bon moment pour l’AC Milan, passé tout près de concéder sa première défaite en championnat (2-2 contre Vérone) après avoir trébuché contre Lille (0-3) en Ligue Europa.

L’entraîneur rossonero Stefano Pioli ne fera pas le déplacement à Naples: en quarantaine pour cause de coronavirus, il en a été réduit à superviser les séances à distance cette semaine grâce à l’aide d’un drone. L’expérience et les conseils de Zlatan Ibrahimovic (meilleur buteur avec 8 réalisations) seront donc d’autant plus importants face au Napoli de son ex-coéquipier des premières années milanaises, Gennaro Gattuso.

Naples (3e), qui reviendrait à hauteur des Milanais en cas de succès, sera privé de son attaquant nigérian Victor Osimhen, qui s’est luxé une épaule avec les Super Eagles.

Poursuivants en embuscade

Outre Naples, d’autres poursuivants espèrent un faux pas milanais.

Sassuolo (2e, à 2 points), au premier chef: les Neroverdi se déplacent dimanche chez le Hellas Vérone, équipe difficile à jouer qui, outre Milan, a aussi accroché la Juventus cette saison. Les joueurs de Roberto De Zerbi se savent maintenant attendus, toute l’Italie ayant salué cette semaine les performances en sélection de Berardi, auteur de deux buts contre la Pologne et la Bosnie-Herzégovine, et Locatelli.

L’AS Rome (4e, à 3 points) est aussi à l’affût. Tranquillement, les Giallorossi se sont refait une santé après un début de saison perturbé par les envies de départ du capitaine Edin Dzeko et une défaite initiale sur tapis vert pour une bourde administrative. Depuis, la Roma n’a plus perdu (9 matches toutes compétitions confondues).

Les semaines à venir vont être riches en enseignement pour les Romains: après Parme (15e), dimanche, ils enchaîneront avec deux gros matches contre Naples puis Sassuolo.

Le réveil des favoris?

Favoris pour le titre, la Juventus (5e) et l’Inter (7e) se cherchent encore, malgré leurs riches effectifs, taillés pour la Ligue des champions.

Les Turinois, face à Cagliari (11e), seront privés de leur axe défensif Bonucci-Chiellini (blessés) mais devraient retrouver le Néerlandais De Ligt, de retour trois mois après une opération d’une épaule. Ils peuvent surtout compter sur Morata et Rabiot, rayonnants cette semaine en Ligue des nations.

“Maintenant, les adaptations sont terminées, notre championnat doit commencer. D’ici Noël, nous avons dix finales à jouer”, en comptant la Ligue des champions, a lancé vendredi l’entraîneur Andrea Pirlo, réclamant désormais “des résultats”.

L’Inter, elle, doit “moins gâcher”, a plaidé cette semaine son entraîneur Antonio Conte. Qui pensait sans doute au match face au Torino (17e) dimanche mais aussi certainement à celui de mercredi contre le Real Madrid, décisif pour l’avenir européen des Nerazzurri, mal partis en C1.

La Lazio Rome (9e), elle aussi, va tenter de retrouver un classement plus en rapport avec ses ambitions à l’occasion de son déplacement samedi chez la lanterne rouge Crotone, pour l’ouverture de la 8e journée. Son buteur Ciro Immobile, sorti de quarantaine, devrait retrouver le terrain pour la première fois depuis le 1er novembre.

La Fiorentina redémarre

Douzième, la Fiorentina démarre dimanche un nouveau chapitre de sa saison avec Cesare Prandelli, entraîneur des belles années 2005 à 2010 rappelé sur le banc après l’éviction de Giuseppe Iachini.

La dizaine de jours aura-t-elle suffi à redonner confiance à la Viola, qui accueille Benevento (16e) dimanche? Prandelli ne se fixe pas d’objectif: “L’équipe a un moteur intéressant, maintenant il faut voir comment évoluer ensemble pour exprimer aux mieux ses caractéristiques.” Ribéry, notamment, pourrait être positionné plus près du but pour davantage faire la différence.

Programme de la 8e journée (en heures GMT):

Samedi

(14h00) CrotoneLazio Rome

(17h00) SpeziaAtalanta Bergame

(19h45) Juventus TurinCagliari

Dimanche

(11h30) FiorentinaBenevento

(14h00) Inter MilanTorino

Hellas VéroneSassuolo

AS RomeParme

Sampdoria GênesBologne

(17h00) UdineseGenoa

(19h45) NaplesAC Milan