La Ligue italienne de foot annonce plusieurs mesures pour lutter contre le racisme, mais le message est brouillĂ© par l’utilisation d’une peinture reprĂ©sentant trois singes
/ © 2019 AFP

La Ligue italienne de football a annoncĂ© lundi plusieurs mesures visant Ă  lutter contre le racisme, mais le message a Ă©tĂ© brouillĂ© par l’utilisation d’une peinture reprĂ©sentant trois singes, qui a suscitĂ© l’incomprĂ©hension de l’AS Rome ou de l’association anti-discriminations FARE.

“L’AS Rome est très surprise de voir aujourd’hui sur les rĂ©seaux sociaux des singes peints sur des tableaux dans ce qui semble ĂŞtre une campagne de lutte contre le racisme lancĂ©e par la Serie A. Nous savons que la Ligue veut combattre le racisme, mais nous ne croyons pas que cela soit le bon moyen de le faire”, a Ă©crit le club de la capitale sur Twitter.

Plus tĂ´t dans la journĂ©e, l’administrateur dĂ©lĂ©guĂ© de la Lega Serie A Luigi De Servio avait prĂ©sentĂ© un plan de lutte contre le racisme, qui prĂ©voit notamment la signature d’une charte par chacun des 20 clubs de Serie A, qui ont tous choisi un joueur devant les reprĂ©senter dans ce combat contre le racisme.

Mais le message de la Ligue a Ă©tĂ© parasitĂ© par la prĂ©sentation d’un tableau de l’artiste italien Simone Fugazzotto, qui doit ĂŞtre exposĂ© au siège de l’instance Ă  Milan. Il s’agit d’un triptyque reprĂ©sentant trois singes en gros plan, le visage marquĂ© de traits de couleur.

Selon la Ligue, l’oeuvre “a pour objectif de dĂ©fendre les valeurs d’intĂ©gration, de multi-culturalisme et de fraternitĂ©”.

“Avec ce triptyque, j’ai essayĂ© de raconter que nous sommes des crĂ©atures complexes et passionnantes, que nous pouvons ĂŞtres tristes ou heureux, catholiques, musulmans ou bouddhistes, mais que au fond, ce qui dĂ©termine ce que nous sommes, ce sont nos actions et pas la couleur de notre peau”, a de son cĂ´tĂ© dĂ©clarĂ© l’artiste.

Mais alors que les stades italiens sont le théâtre d’incidents racistes rĂ©currents, notamment des cris de singe Ă  l’adresse de joueurs noirs, le message a Ă©tĂ© mal perçu par plusieurs observateurs.

L’association FARE, qui lutte contre les discriminations, a ainsi parlĂ© de “mauvaise blague”.

“Une fois de plus, le football italien laisse le monde sans voix. Dans un pays oĂą les autoritĂ©s restent incapables semaine après semaine de s’occuper du racisme, la Serie A lance une campagne qui ressemble Ă  une mauvaise blague”, a Ă©crit le groupe sur Twitter.