Italie: la Juventus passe enfin la première, en souffrant

L’attaquant de la Juventus Federico Chiesa (g) égalise à 2-2 sur le terrain de La Spezia, le 22 septembre 2021
Par Anthony LUCAS / © 2021 AFP

La Juventus, fébrile et sans défense, a souffert mercredi pour décrocher son premier succès en championnat contre une modeste équipe de La Spezia (3-2) qui n’a pas été loin de faire trébucher les Bianconeri lors de la 5e journée.

Cette première victoire, après deux nuls et deux défaites, permet à la Juve de remonter à la 12e place du classement, à huit longueurs de l’Inter Milan, leader provisoire, et cinq points de l’AC Milan, troisième, qui affronte Venise mercredi soir.

Malgré l’ouverture du score de Moise Kean (28e), les Turinois ont été rattrapés par leur fragilité défensive du moment, craquant sur deux accélérations d’Emmanuel Gyasi (33e) et Janis Antiste (49e).

Il a fallu toute la rage de Federico Chiesa (66e) et de Matthijs De Ligt (72e) pour remettre les Bianconeri sur de bons rails et éloigner la crise qui a plané au-dessus de la tête de l’entraîneur turinois Massimiliano Allegri.

Ce duel serré contre la Spezia, qui ne dispute que sa deuxième saison en Serie A, a donné raison à l’ancien tacticien de l’AC Milan (2010-2014) qui redoutait un match compliqué et ne demandait qu’une chose à ses joueurs: gagner, pour enfin se lancer en championnat après la plus mauvaise entame de la “Vieille dame” depuis soixante ans.

La victoire, il l’a eue. Mais par moments, sa Juve a bien ressemblé à une équipe malade, avec des joueurs en panne de confiance, guettant avec inquiétude les consignes venues du banc et préférant jouer vers l’arrière pour éviter les risques.

“On a souffert mais c’est une victoire importante. Il y a beaucoup de choses à améliorer, beaucoup de joueurs doivent progresser dans leurs choix”, a reconnu l’entraîneur.

Victoire de “caractère”

“Max” Allegri peut remercier Federico Chiesa, sur lequel il avait mis la pression après son entrée en jeu quelconque dimanche contre l’AC Milan (1-1).

Titulaire cette fois dans une équipe largement renouvelée (cinq changements), l’ailier italien s’est démené dans son couloir, défendant bas et tentant de percer. Mais comme ses partenaires, avec des à coups, sans toujours savoir quoi faire du ballon.

Sans être brillante, la Juve a fait l’essentiel en ouvrant la marque grâce à ses deux ex-Parisiens: servi par Adrien Rabiot, Moise Kean a envoyé le ballon au pied du poteau (28e).

Mais encore une fois, elle a été incapable de préserver son avantage. Elle a craqué avant la pause sur un tir de Gyasi (33′).

Puis après la pause sur un raid solitaire de l’ex-Toulousain Antiste, 19 ans, qui s’est offert son premier but en Serie A en remportant son duel contre Leonardo Bonucci, dont la déviation a trompé Szczesny.

La Spezia, passée tout près du 3-1 (sauvetage de Manuel Locatelli sur sa ligne, 65e), n’a toutefois rien pu faire face à la réaction de la Juve. Et le gardien néerlandais Jeroen Zoet, impeccable en fin de première période devant Paulo Dybala (40e, 42e, 45e), a rendu les armes face au tacle rageur de Chiesa (66′) puis la frappe de De Ligt (72′).

“La seconde période a vraiment mal commencé, mais la chose qui compte aujourd’hui, c’est le caractère”, a souligné De Ligt.

La Salernitana de Franck Ribéry a de son côté pris son premier point contre l’Hellas Vérone (2-2) après avoir été menée 2-0. Le promu reste néanmoins lanterne rouge.