Italie: Kjaer-Eriksen, le trait d’union au-delà de la rivalité Milan-Inter

Le défenseur danois Simon Kjaer (gauche) et le milieu de terrain Christian Eriksen (droite) le 24 mars 2021 en conférence de presse à l’occasion de la rencontre entre Israel et le Danemark à Tel Aviv
Par Anthony LUCAS / © 2021 AFP

En entrant sur le terrain pour le derby milanais dimanche (20h45), le défenseur danois de l’AC Milan Simon Kjaer aura sûrement une pensée pour son compatriote de l’Inter Milan Christian Eriksen, toujours loin des terrains cinq mois après son arrêt cardiaque.

La légendaire rivalité entre Rossoneri et Nerazzurri n’existe plus pour eux: le solide défenseur et le meneur élégant sont liés à vie depuis l’immense frayeur de l’Euro, le 12 juin, quand s’est suspendu le souffle de tout un pays et de millions de téléspectateurs.

A Copenhague, lors du premier match des Vikings, Eriksen s’était écroulé, victime d’un arrêt cardiaque. Son capitaine Kjaer avait été l’un des premiers à se précipiter pour le mettre en position latérale de sécurité, une intervention jugée décisive juste avant l’arrivée des secouristes, puis il avait soudé les joueurs danois en demi-cercle autour du N.10 inanimé.

“Je n’ai pas sauvé de vie, j’ai donné un coup de main, comme tous mes coéquipiers. Ce qui me rend serein, c’est qu’il va bien”, a assuré récemment Simon Kjaer, au groupe de télévision Mediaset.

L’épisode avait encore accru sa stature à Milan. L’ex-Lillois, retenu dans la liste des 30 nommés pour le Ballon d’Or pour la première fois de sa carrière, à 32 ans, vient de prolonger jusqu’en 2024.

La rivalité Inter/Milan était elle-même passée au second rang. Kjaer avait été salué par les joueurs nerazzurri”Félicitations à Simon, un capitaine et un véritable homme”, avait écrit l’Italien Nicolo Barella

, et par leurs tifosi, qui lui avaient dédié une banderole.

Avenir à l’étranger?

Eriksen, 29 ans, a fait son retour en Italie en août, quelques semaines après s’être fait implanter un défibrillateur, dispositif pour prévenir le risque de mort subite.

Sous contrat jusqu’en 2024, “Chris” reste officiellement un joueur de l’Inter. Arrivé janvier 2020, il avait fini par s’imposer début 2021, notamment grâce à un coup franc synonyme de victoire contre Milan (2-1) en Coupe d’Italie en janvier.

Mais le revoir sur une pelouse de Serie A reste pour le moment improbable, dans la mesure où le port d’un pacemaker est, en Italie, une contre-indication à la pratique du football en professionnel.

L’Inter avait indiqué cet été que son joueur allait “suivre le programme de rééducation préparé par des spécialistes à Copenhague”, mais sans se prononcer davantage sur ses chances de rejouer en Italie.

Le plus vraisemblable, à ce stade, est de voir Eriksen, s’il souhaite poursuivre sa carrière, partir à l’étranger, dans un championnat autorisant le port d’un défibrillateur.

Cette option est évoquée par l’Inter dans une communication financière interne, destinée aux investisseurs et citée par des médias la semaine dernière: “Bien que les conditions actuelles du joueur ne lui permettent pas d’avoir le feu vert médical en Italie, cela pourrait être possible dans d’autres pays”.

Indemnisation par la Fifa

Le Corriere dello Sport a évoqué un éventuel retour à l’Ajax Amsterdam, où Eriksen a débuté en professionnel (2010-2013). L’Ajax compte un joueur également porteur d’un appareil cardiaque, l’international néerlandais Daley Blind.

Cela permettrait à Eriksen de pouvoir poursuivre sa carrière, une perspective sur laquelle plusieurs spécialistes restaient toutefois très réservés cet été.

L’Inter pourrait y trouver son compte sportif, avec un possible échange avec le gardien camerounais André Onana, selon Tuttosport.

Cela lui permettrait aussi de se libérer de la charge financière de son plus gros salaire. Même si, sur cet aspect financier, il n’y a pas d’urgence absolue, puisqu’il devrait être entièrement indemnisé pendant un an, en vertu d’un système d’assurance de la Fifa.

Un protocole prévoit en effet des indemnisations pour les clubs dont les joueurs seraient victimes d’un “accident”, dont l’arrêt cardiaque fait partie, pendant leur libération obligatoire pour les sélections. L’indemnisation est limitée à un an maximum, avec un plafond de 7,5 millions d’euros, précisément le salaire annuel du Danois estimé par la presse.

Contactée par l’AFP, l’Inter Milan refuse de communiquer officiellement sur la situation d’Eriksen, notamment “par respect par rapport à sa situation”.