Italie: Juventus-Naples, un choc dans l’ombre du Covid-19

Le défenseur polonais de Naples, Piotr Zielinski, lors d’un match contre l’Inter Milan, le 28 juillet 2020 à Milan
/ © 2020 AFP

Naples en opération reconquête défie dimanche soir à Turin une Juventus en “construction”, dans le choc de la 3e journée sur lequel plane l’ombre du coronavirus qui a rattrapé cette semaine le football italien.

Le milieu polonais de Naples Piotr Zielinski a été testé positif au Covid-19 cette semaine. Quelques jours seulement après la victoire contre le Genoa (6-0), club dans lequel s’est déclaré un foyer de contamination avec désormais dix-sept joueurs positifs (et cinq membres du staff), dont onze ont joué à Naples dimanche.

Au Napoli, joueurs comme staff ont depuis été soumis à des tests réguliers. Les premiers, mardi, avaient été négatifs. Mais la nouvelle série organisée jeudi a révélé la positivité de Zielinski et d’un membre du staff.

Un troisième dépistage était prévu samedi. La crainte est double: perdre de nouveaux joueurs côté napolitain, pour ce match capital, mais aussi éventuellement emmener à Turin des joueurs testés négatifs samedi mais qui pourraient être contagieux dimanche si la maladie se déclare entre temps.

Le nouveau cadre adopté jeudi par la Ligue italienne ne permet pas d’envisager un report à ce stade. Elle a endossé les règles de l’UEFA prévoyant qu’un match peut avoir lieu à partir du moment où une équipe dispose de 13 joueurs sains, dont un gardien.

Test d’italien pour Osimhen

Une dérogation est prévue: si un club abrite un foyer actif de Covid-19 avec plus de dix nouveaux cas positifs en une semaine, il pourra solliciter un report, mais seulement une fois dans la saison. Ce qui était le cas du Genoa, dont le match prévu samedi contre le Torino a été reporté, mais pas celui de Naples.

“Je ne pense pas qu’il y aura de difficultés pour jouer demain. La Ligue a fixé des règles bien précises”, a estimé samedi en conférence de presse l’entraîneur de la Juventus Andrea Pirlo.

“Nous serons prêts, cette situation ne nous a pas perturbés”, a-t-il assuré.

Préparé dans cette étrange atmosphère, ce choc revêt un enjeu majeur pour les Napolitains, qui veulent tester chez le champion en titre leurs ambitions de reconquête après une saison mitigée.

Il constitue aussi un premier vrai test de football italien pour le Nigérian Victor Osimhen, nouveau venu en Serie A, face aux défenseurs les plus expérimentés de la Péninsule, les Turinois Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini.

L’ex-Lillois de 21 ans suscite depuis son arrivée en Italie une grosse attente, à la hauteur des près de 80 millions d’euros déboursés par le Napoli. Et il y a plutôt répondu pour l’instant.

Dybala plutôt que Morata?

Face à Parme (2-0, 1re journée), son entrée en jeu pour la dernière demi-heure, à 0-0, a changé la face du match en ouvrant des espaces qui ont permis à Naples de trouver la faille. Titulaire contre le Genoa (6-0, 2e journée), “Osi” s’est illustré par jolie passe décisive du talon.

“Il n’a pas marqué, mais il a fait marquer”, a relevé son entraîneur Gennaro Gattuso.

“Quand il attaque la profondeur, il nous ouvre beaucoup d’espaces. C’est le joueur qui nous a manqué la saison dernière”, a ajouté le technicien, qui compte d’autant plus sur lui que Lorenzo Insigne est blessé.

La Juventus tentera elle de donner du sens à la “construction” en cours initiée par Pirlo. Aux promesses initiales face à la Sampdoria (3-0) a succédé une prestation en demi-teinte à Rome (2-2), sauvée par un doublé de Cristiano Ronaldo.

“On n’a pas eu le temps de tester des solutions de jeu dans l’avant-saison, avec un seul match amical, donc on doit faire ces essais pendant ces matches”, a justifié l’entraîneur.

Alvaro Morata, discret en pointe face à la Roma pour ses débuts, pourrait rester sur le banc au coup d’envoi. Pirlo, sans Adrien Rabiot, suspendu, compte sur ses deux hommes en forme, Ronaldo et la pépite suédoise Dejan Kulusevski. On pourrait aussi revoir Paulo Dybala, qui n’a pas encore joué en raison d’une reprise plus tardive.