Italie: Inter et Juventus, tout est prêt pour le choc

L’entraîneur de l’Inter Milan Antonio Conte lors de la réception de la Lazio le 25 septembre 2019
/ © 2019 AFP

Rendez-vous dans une semaine ! Intouchables ou presque depuis le début de saison, l’Inter Milan et la Juventus se sont encore imposées samedi lors de la 6e journée de Serie A et se retrouveront dimanche prochain à San Siro pour un vrai duel au sommet.

L’Inter d’Antonio Conte ? Six victoires en six matches. La Juve de Maurizio Sarri ? Cinq succès et un match nul. Les deux grands favoris du championnat ont à peine laissé quelques miettes depuis le début de saison et ont déjà creusé un petit écart.

Impressionnante samedi soir contre Sassuolo, balayé 4-1 à domicile, l’Atalanta Bergame est ainsi une superbe 3e, mais à déjà cinq points de l’Inter. Et même en cas de succès dimanche contre Brescia, Naples (4e) pointera à six longueurs des Milanais et quatre des Turinois.

Résultat: le grand rendez-vous de San Siro dans une semaine vaudra cher et donnera une première indication sur les chances de l’Inter de mettre fin à huit ans d’hégémonie turinoise.

Avant cela, les deux équipes devront tout de même jouer en Ligue des Champions, la Juve à domicile mardi contre le Bayer Leverkusen, et l’Inter mercredi à Barcelone. Du coup, les deux entraîneurs avaient procédé à quelques changements samedi.

Pour battre la Sampdoria 3-1 à Gênes, l’Inter s’est ainsi présentée sans Godin, D’Ambrosio, Barella ou Lukaku, entré seulement en fin de match.

Les Milanais n’ont pas souffert de ce turn-over et contre des Génois en très grande difficulté cette saison (20e), ils ont d’abord totalement dominé le match.

Sensi a ouvert le score sur une frappe lointaine déviée par Sanchez (20e), puis un autre tir, raté, du même Sensi, a permis au Chilien de marquer le but du 2-0 (22e).

L’ancien attaquant de Manchester United, titularisé pour la première fois cette saison, a ensuite curieusement relancé le match en prenant un deuxième avertissement pour une simulation juste après la pause.

Matuidi arrière gauche

La Sampdoria a alors sorti la tête de l’eau et y a même cru quelques instants grâce au but de Jankto (2-1, 55e). Mais Gagliardini a rapidement redonné deux buts d’avance à l’Inter (3-1, 61e) et les Nerazzurri ont ensuite contrôlé.

Sûrs de leur jeu et avec seulement deux buts encaissés en six matches, les Milanais ne seront pas loin de partir favoris contre la Juventus, moins flamboyante malgré des résultats presque similaires.

Mais les Turinois ont l’expérience de la victoire et leur deuxième période samedi face à la Spal (2-0) a été l’une des plus convaincantes de la saison.

Après une énorme occasion signée Ramsey, le premier but de la Juve a été inscrit par Pjanic d’une merveilleuse reprise de l’extérieur de la surface juste avant la pause (45e).

En deuxième période, les Bianconeri ont haussé le rythme, suffisamment pour étouffer pleinement et définitivement leurs adversaires.

Berisha a fait plusieurs miracles dans le but de la Spal, mais le deuxième but, inéluctable, est venu de la tête de Ronaldo après une belle action et un centre remarquable de Dybala (78e).

De l’autre côté, Buffon a vécu une après-midi extrêmement tranquille pour ce qui était son 903e match en club, toutes compétitions confondues. C’est un record d’Italie battu, l’ancien joueur de l’AC Milan Paolo Maldini étant resté à 902.

Côté français, Adrien Rabiot a enchaîné une deuxième titularisation d’affilée. Comme mardi contre Brescia, il a été globalement moyen, avec une progression en deuxième période. Propre et sobre, l’ancien Parisien joue tout de même encore de façon assez neutre.

Blaise Matuidi de son côté avait été placé au poste de latéral gauche du fait de nombreuses absences dans ce secteur. Il s’en est bien sorti, face à un adversaire qui n’a pas été très menaçant.