Mario Balotelli ulcéré par des insultes racistes proférées par les supporters de la Juventus à son encontre, lors du match de Serie A à Brescia, le 24 septembre 2019
Par Stanislas TOUCHOT / © 2019 AFP

Deux jours après avoir Ă©tĂ© la cible de cris de singe, Mario Balotelli a reçu de nouvelles marques de soutien mardi et a expliquĂ© que sa colère visait “une poignĂ©e d’imbĂ©ciles”, alors que les premières sanctions sont tombĂ©es contre le Hellas VĂ©rone et le chef de ses supporters Ultras.

“Je n’ai pas accusĂ© le Hellas VĂ©rone, je n’ai pas accusĂ© le virage du Hellas VĂ©rone. J’ai accusĂ© la poignĂ©e d’imbĂ©ciles qui ont fait ça et que j’ai entendu. J’ai accusĂ© ces abrutis et c’est tout”, a dĂ©clarĂ© Balotelli dans une interview Ă  l’Ă©mission tĂ©lĂ©visĂ©e Le Iene.

Balotelli a été visé par des cris de singe dimanche lors du match de son équipe de Brescia à Vérone, où en réaction, il a été tout proche de quitter définitivement le terrain.

Ces cris, niĂ©s par les responsables du Hellas et jusqu’au maire de VĂ©rone, ont bien Ă©tĂ© entendus par les dĂ©lĂ©guĂ©s de la Ligue italienne de football et ont Ă©tĂ© sanctionnĂ©s.

La commission de discipline a en effet dĂ©cidĂ© la fermeture pour un match du secteur du stade d’oĂą Ă©taient partis ces cris, celui des “Poltrone Est”. Cette zone peut accueillir environ 3.500 spectateurs, le stade comptant en tout un peu plus de 30.000 places.

Le phĂ©nomène des cris de singe est rĂ©current dans les stades italiens et, cette saison, le Belge de l’Inter Milan Romelu Lukaku, l’Ivoirien de l’AC Milan Franck KessiĂ©, le BrĂ©silien de la Fiorentina Dalbert ou l’Anglais de la Sampdoria GĂŞnes Ronaldo Vieira en ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© victimes.

La plupart du temps, les sanctions sont inexistantes ou dĂ©risoires et la punition infligĂ©e mardi au Hellas est plutĂ´t plus sĂ©vère que d’habitude, dans un contexte oĂą les instances du football italien et plusieurs clubs se sont rĂ©cemment engagĂ©s Ă  une “tolĂ©rance zĂ©ro” en ce domaine.

“Un nègre dans l’Ă©quipe”

Après l’annonce de la commission de discipline, Maurizio Setti, le prĂ©sident du club vĂ©ronais, a en tout cas estimĂ© que le Hellas Ă©tait “un bouc Ă©missaire” dans cette affaire.

Dans la matinĂ©e, le club avait tout de mĂŞme choisi de bannir Luca Castellini, chef des Ultras du Hellas, qui avait dĂ©clarĂ© lundi que Balotelli n’Ă©tait pas “totalement Italien”.

Dans un communiquĂ© oĂą il Ă©voque “des considĂ©rations et expressions gravement contraires Ă  ce que prĂ©voient les principes Ă©thiques et les valeurs de notre club”, le Hellas explique avoir interdit Castellini de stade jusqu’en juin 2030.

InterrogĂ© lundi sur une radio italienne, Castellini, membre actif du parti nĂ©o-fasciste Forza Nuova, avait estimĂ© que Balotelli Ă©tait “Italien parce qu’il a la nationalitĂ© italienne”, mais qu’il ne pourrait “jamais ĂŞtre totalement Italien”.

“Nous aussi on a un nègre dans l’Ă©quipe. Hier il a marquĂ© et toute la ville a applaudi”, avait-il ajoutĂ©.

Selon l’agence italienne Ansa, le procureur de la RĂ©publique de VĂ©rone aurait ouvert une enquĂŞte au sujet de ces dĂ©clarations, Castellini pouvant ĂŞtre poursuivi pour “incitation Ă  la haine raciale”.

“Italiano vero”

L’affaire est aussi remontĂ©e jusqu’au conseil municipal, oĂą une motion a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e par quatre conseillers pour demander au maire d’Ă©tudier les moyens lĂ©gaux de poursuivre Balotelli “et tous ceux qui attaquent VĂ©rone en la diffamant de façon injuste”.

Le joueur, lui, a reçu de nombreux soutiens, notamment de la part de plusieurs clubs italiens comme l’AS Rome, de Carlo Ancelotti, entraĂ®neur de Naples, ou mĂŞme de la Gazzetta dello Sport, qui a titrĂ© en Une “Balo, Italiano vero” (Balo, vrai Italien).

Surtout, le prĂ©sident de la fĂ©dĂ©ration italienne Gabriele Gravina a clairement tendu la perche Ă  son sĂ©lectionneur Roberto Mancini Ă  propos d’un retour de Balotelli en Ă©quipe nationale.

“J’espère qu’il y aura rapidement une participation active en Nazionale de Mario Balotelli. Ce serait un message extraordinaire envoyĂ© Ă  ceux qui pensent dĂ©courager l’adversaire avec des comportements de ce genre”, a-t-il dit.

Mancini, qui a entraĂ®nĂ© Balotelli Ă  l’Inter Milan et Ă  Manchester City et l’a très souvent dĂ©fendu, doit annoncer vendredi sa sĂ©lection pour les deux prochains matches de l’Italie.

La Nazionale Ă©tant dĂ©jĂ  qualifiĂ©e pour l’Euro, ils auront un enjeu sportif relatif. Et le premier, le 18 novembre contre l’ArmĂ©nie, aura lieu Ă  Palerme, la ville natale de Balotelli.