Girondins de Bordeaux: les supporters manifestent pour réclamer la démission du président du club

Manifestation de supporters des Girondins de Bordeaux devant la mairie de la ville réclamant la démission du président du club, Frédéric Longuépée, le 24 avril 2021
/ © 2021 AFP

Un bon millier de supporters des Girondins de Bordeaux ont manifesté samedi devant la mairie de la ville pour réclamer dans une ambiance survoltée la démission du président du club, Frédéric Longuépée, qu’il accusent d’avoir mené le club à la “faillite”.

“Sa seule présence est néfaste, il faut qu’il démissionne. Tant qu’il sera là on ne pourra jamais se reconstruire”, ont fustigé tour à tour Forian Brunet et Laurent Perpigna, les porte-parole des Ultramarines, principal groupe d’ultras, en critiquant l’action du dirigeant, voyant en lui “l’archétype du bonimenteur”, “un des plus gros charlatans que le club ait connu”.

“Il ne faut plus qu’il mette les pieds à Bordeaux”, ont-ils lancé à la foule répondant en coeur “démission, démission!” en brandissant au milieu des fumigènes des affichettes mettant à prix la tête de Frédéric Longuépée: “40.000 euros, équivalent au prix qu’il coûte chaque mois au F.C Girondins de Bordeaux”.

Cette manifestation était organisée deux jours après la décision du fonds d’investissement américain King Street de ne plus financer les Girondins de Bordeaux, mettant en péril son avenir.

Pour les Ultramarines, la priorité n’est pas de retrouver un repreneur, ce qui selon eux prendra “des mois”, “l’urgence aujourd’hui c’est de sauver sportivement le club, de mettre toutes les chances de notre côté” pour maintenir le FCGB en Ligue 1.

A la suite de la défection de King Street, les Girondins de Bordeaux ont été placés à leur demande entre les mains d’un mandataire ad hoc en charge de trouver une solution durable.

La ville de Bordeaux, qui se veut “partie prenante pour le choix du futur repreneur des Girondins”, a confirmé vendredi, par la voix de son maire (écologiste) Pierre Hurmic, être “en contact depuis plusieurs mois avec deux repreneurs”, Pascal Rigo et Bruno Fiévet, deux investisseurs ayant fait fortune à l’étranger et qui ont des attaches girondines.