L’entraĂ®neur de Lyon, Rudi Garcia, lors du match de Ligue 1 face Ă  Metz, Ă  Decines-Charpieu, le 26 octobre 2019
Par Francois-Jean TIXIER / © 2019 AFP

L’entraĂ®neur de Lyon et ancien coach de Marseille, Rudi Garcia, a balayĂ© l’idĂ©e d’un contexte particulier pour son retour très attendu au stade VĂ©lodrome dimanche lors de la 13e journĂ©e de Ligue 1, estimant en confĂ©rence de presse vendredi que le match OM-OL “n’Ă©tait pas un match Marseille-Rudi Garcia”.

Q: Rudi Garcia, quel est votre sentiment sur ce match Marseille-Lyon, dimanche ?

R: “C’est un match OM-OL ce n’est pas un match Marseille-Garcia. Je ne rĂ©pondrais qu’Ă  des questions de terrain. Je suis dans l’Ă©tat d’esprit de l’entraĂ®neur d’une Ă©quipe qui va beaucoup mieux et qui va jouer un match Ă  l’extĂ©rieur contre une très bonne Ă©quipe. Les joueurs savent que je leur ai demandĂ© d’ĂŞtre en capacitĂ© de faire des sĂ©ries car il n’y a que comme ça que l’on remontera au classement et on ne peut pas se contenter, quand on est Lyon d’ĂŞtre 10e du championnat. Nous finissons le triptyque de la semaine que nous avons bien commencĂ© et que nous espĂ©rons bien terminer”.

Q: L’absence de Memphis peut-elle poser un problème et notamment dans la disposition en 4-4-2 qui semblait faite pour lui ?

R: “Non pas que pour Memphis mais aussi pour Moussa (DembĂ©lĂ©), pour la relation entre ces deux-lĂ , l’Ă©quilibre du milieu de terrain. On a vu combien Houssem Aouar, qui sera capitaine dimanche, peut faire des diffĂ©rences Ă  gauche car il est un excellent joueur. On a vu aussi que la doublette Lucas Tousart-Thiago Mendes a Ă©tĂ© très importante Ă©galement sur le dernier match de Ligue des champions. On voit que Jeff Reine-AdelaĂŻde est capable comme Houssem de l’autre cĂ´tĂ©, d’apporter Ă  droite, offensivement et dĂ©fensivement car on a besoin que tout le monde travaille comme on l’a vu en Ligue des champions, sinon on ne peut pas gagner ces matches-lĂ ”.

Q: Quels progrès notez-vous pour votre équipe ?

R: “Si l’on parle de l’aspect offensif, je trouve qu’il y a de plus en plus de liant et d’automatismes dans les dĂ©placements et les transmissions. DĂ©fensivement, j’ai aimĂ© contre Benfica, que nous soyons solidaire et de ne pas concĂ©der d’occasions tout en existant sur le plan offensif, car c’est quand mĂŞme l’ADN de mon Ă©quipe. Cela ne m’a pas dĂ©plu, sans Memphis, en seconde pĂ©riode, d’avoir Ă©tĂ© obligĂ© de s’accrocher et Ă  2-1 de ne pas subir et de ne pas laisser l’adversaire Ă©galiser. Au contraire, nous sommes repartis de l’avant, on a dĂ©montrĂ© avec des joueurs entrĂ©s en cours de jeu que nous Ă©tions capables d’aller inscrire un troisième but. Cela prouve que l’on est plutĂ´t bien sur le plan mental. L’Ă©quipe prouve qu’elle a du caractère, comme elle l’a montrĂ© Ă  Toulouse. C’Ă©tait une bonne dĂ©monstration contre Benfica”.