Le kop des supporters d’Amiens lors d’un mach contre Guingamp, le 24 mai 2019 Ă  la Licorne
/ © 2019 AFP

L’opportunitĂ© d’installer des “tribunes debout” dans les stades de football, expĂ©rimentĂ©e depuis un an dans quatre stades de Ligue 1 et Ligue 2, a Ă©tĂ© jugĂ©e satisfaisante et pourra ĂŞtre Ă©largie, ont annoncĂ© les diffĂ©rents acteurs de l’Instance nationale du supportĂ©risme (INS), rĂ©unis lundi Ă  Paris.

“On a mis fin Ă  la phase d’expĂ©rimentation et on passe Ă  celle de l’instauration des tribunes debout dans la rĂ©glementation nationale”, a prĂ©cisĂ© Pierre BarthĂ©lĂ©my, avocat de l’Association nationale des supporters (ANS), Ă  l’issue d’une rĂ©union de l’INS, qui met autour de la table tous les acteurs du sujet (Ligue, FĂ©dĂ©ration, supporters, autoritĂ©s…).

LancĂ©e la saison dernière Ă  Lens et Ă  Sochaux en Ligue 2, et Ă  Saint-Étienne et Ă  Amiens en Ligue 1, l’expĂ©rimentation de ces tribunes sans sièges, revendiquĂ©es par de nombreux groupes de supporters qui regrettent la prĂ©sence en tribune populaire de sièges qu’ils n’utilisent pas et qu’ils jugent parfois sources de blessures, a montrĂ© des rĂ©sultats “très positifs”, ont confirmĂ© plusieurs membres de l’INS.

“Le bilan a Ă©tĂ© unanimement saluĂ©. L’ensemble des acteurs est impressionnĂ© par cette expĂ©rimentation qui doit ĂŞtre Ă©largie”, a assurĂ© Nathalie Boy de la Tour, prĂ©sidente de la Ligue de football professionnel (LFP).

Une expĂ©rimentation d’un an, sur l’un des stades-test, visant Ă  mesurer les effets d’une Ă©ventuelle augmentation du nombre de personnes pouvant entrer dans ces “tribunes debout”, a Ă©galement Ă©tĂ© proposĂ©e.

“Il faut dĂ©sormais expertiser le sujet sur le plan rĂ©glementaire”, a fait savoir le ministère des Sports. Mme Boy de la Tour estime quant Ă  elle qu’une “modification du Code du Sport” sera sans doute nĂ©cessaire pour aboutir, Ă  terme, Ă  une gĂ©nĂ©ralisation de l’opportunitĂ© d’installer des “tribunes debout” dans les stades.

Les “tribunes debout” Ă©taient interdites depuis la catastrophe du stade de Furiani Ă  Bastia en 1992, oĂą l’effondrement d’une tribune avait causĂ© la mort de 18 personnes.