Foot: Sonia Souid, agent pionnière à la carrière “atypique”

L’agente Sonia Souid, le 3 mars 2019 à Paris
Par Jérémy TALBOT / © 2020 AFP

Ancienne mannequin et volleyeuse, l’autodidacte Sonia Souid s’est imposée en pionnière dans le monde ultramasculin des agents du ballon rond, dessinant une trajectoire “atypique” entre pays du Golfe, foot féminin et Clermont, sa ville natale, dont le club lui a apporté fierté mais aussi contrariétés.

A 35 ans, l’ex-Miss Auvergne possède déjà un solide CV chez les garçons (signature de Lucas Ocampos à l’OM par exemple) et les filles, où elle gère la carrière d’Amandine Henry et de plusieurs autres internationales.

Pourtant, la carrière d’agent n’était pas une destination naturelle pour celle qui fut volleyeuse au VBC Riom, hôtesse dans l’événementiel et apporteur d’affaire dans l’immobilier de luxe. Jusqu’à ce que son père, préparateur physique, lui conseille de passer le concours.

“Elle s’est enfermée quatre mois dans une chambre à réviser en mangeant des (chewing-gums) Malabar! Elle sortait à peine pour manger, c’est Sonia”, en rigole Samy, son petit frère et désormais collègue.

L’intéressée raconte s’être “débrouillée seule”, avec Internet pour seule aide. “J’avoue avoir +ruiné+ la société pour laquelle je travaillais, à mi-temps comme hôtesse d’accueil, en impression”, sourit-elle.

En 2010, licence d’agent en poche, elle défriche le marché inexploité des pays du Golfe, où son père est installé. Les premiers succès viennent deux ans après: Hamdan Al-Kamali (en prêt à l’OL) devient le premier joueur émirati à évoluer en Ligue 1, Guy Lacombe s’installe sur le banc d’Al Wasl à Dubaï.

“Combattante” ou “vantarde” ?

En parallèle, Souid étend sa toile dans le foot féminin, en réalisant le premier transfert payant en D1 féminine avec Marie-Laure Délie, de Montpellier au PSG. L’attaquante souffle son nom à plusieurs joueuses, dont Amandine Henry.

“Au-delà d’une agent, c’est devenue une amie, une confidente”, confie à l’AFP la milieu lyonnaise. Elle vient parfois “dormir à la maison, comme une grande sœur”, raconte-t-elle.

Souid codirige désormais le département Football de l’agence CSM Sport & Entertainment présidée par Sebastian Coe, l’actuel patron de la Fédération internationale d’athlétisme.

Rare femme dans un monde d’hommes, cette “combattante” s’est imposée grâce à sa “force de caractère”, relève son associé Patrick Esteves. “Quand il y a un mur, elle le pousse.”

Christine Dulac-Rougerie, première adjointe à la mairie de Clermont, se dit aussi “sensible” au “courage et à l’audace” d’une jeune femme au “trajet de vie assez atypique”.

Ses détracteurs dépeignent en revanche une personne “vantarde” et qui “joue de la rareté du sexe féminin dans le métier”, rappelant qu’elle ne s’est pas fait que des amis, notamment dans sa ville d’origine.

L’histoire avait pourtant tout du conte de fées pour celle qui a grandi dans le modeste quartier du Vergnes, face au stade Gabriel-Montpied du Clermont Foot, club avec lequel elle a souvent collaboré.

Clermont Foot, vente à problèmes

En 2014, elle souffle au président Claude Michy l’idée de nommer une femme entraîneure d’une équipe masculine, une première qui attire les médias du monde entier. Malgré la défection rapide de la Portugaise Helena Costa, Corinne Diacre débarque.

“Le conseil de prendre une femme, c’est elle. Par contre, l’erreur de la personne c’est elle aussi. Moi j’ai assumé le reste, je me suis débrouillé”, explique à l’AFP l’ancien dirigeant qui a vendu le club de Ligue 2 en 2019… par l’intermédiaire de Souid.

Cette transaction de quelques millions d’euros, sur laquelle l’agent a touché 10% de commission, a laissé des traces chez celle qui estime avoir été mise à l’écart des négociations.

Son rôle s’est borné à “mettre en contact le vendeur et l’acheteur”, répond Jérôme Champagne, conseiller du nouveau propriétaire Ahmet Schaefer.

“Ce sont des années de travail, un réseau à construire”, s’offusque Souid, assurant que le montant de la vente, “c’est moi qui l’ai négocié”. L’accord a nécessité “des dizaines voire centaines d’heures de communication”, prolonge Esteves.

Plus surprenant, Michy conditionne le versement de la commission à une clause de confidentialité, Souid devenant persona non grata à la conférence de presse officialisant la vente. “Ç’a été cauchemardesque”, dit-elle.

Le dirigeant de 71 ans estime lui que le travail de l’agent “n’a pas existé à part la mise en contact”. “Sonia Souid a beaucoup de charme, mais c’est une femme. Elles veulent montrer qu’elles savent faire”, juge-t-il.

Ces mots rappellent des souvenirs douloureux pour Souid, persuadée d’avoir été victime de machisme. “Ça m’a blessé dans ma chair”, raconte-t-elle. Claude Michy, de son côté, assure n’avoir aucun conflit personnel avec elle: “C’est la vie des affaires, il n’y a rien eu de dramatique. Si je la recroise, je lui dis bonjour.”