Foot: Nantes arrache son maintien en L1, Toulouse reste en L2

Les entraîneurs toulousain et nantais, Patrice Garande et Antoine Kombouaré, se saluent avant le match de barrage retour, le 30 mai 2021 au stade de La Beaujoire à Nantes
/ © 2021 AFP

Cette fois, Antoine Kombouaré a réussi son pari: sans briller, Nantes a arraché d’un souffle son maintien dans l’élite en s’inclinant seulement 1-0 (aller 2-1) face à des Toulousains batailleurs dimanche en barrage retour de L1/L2.

Un an après avoir quitté l’élite par la petite porte, le TFC, pourtant meilleure attaque de L2 avec 71 buts, a échoué aux portes de la L1, après avoir déjà cédé en fin de saison régulière dans sa lutte au sommet avec Troyes et Clermont.

Malgré une tension visible des deux côtés, le match a démarré sur un rythme enlevé, avec des Toulousains plus entreprenants qu’au match aller et des Nantais décidés à tenter leur chance en contre.

Omniprésent, Amine Adli a mené l’attaque toulousaine, qui s’est montrée dangereuse à plusieurs reprises

têtes de Bafodé Diakité (5e) et de Sébastien Dewaest (34e), frappes de Rhys Healey (14e) et d’Adli (38e)

mais a manqué de réussite.

Tenus de marquer au moins deux buts pour rattraper le retard de l’aller, les hommes de Patrice Garande ont parfois aussi péché par précipitation.

En face, les Nantais sont d’abord restés solides en défense, en commettant cependant beaucoup de fautes, et se sont procuré plusieurs occasions en contres, avec un Randal Kolo Muani toujours aussi intenable.

Mais les Canaris ont commencé à reculer en début de seconde période et Toulouse en a profité: sur un centre d’Adli, Vakoun Bayo a ouvert la marque d’une tête piquée (0-1, 62e).

Relancés, les Toulousains sont repartis de plus belle, tandis que le doute s’est installé dans le camp nantais. Même Kolo Muani, lancé seul dans le dos de la défense, a vu Maxime Dupé s’interposer (75e).

Face à des Nantais repliés en défense, les Toulousains ont d’abord réclamé en vain un penalty pour une main de Charles Traoré dans la surface (80e), avant de subir l’exclusion de Nathan N’Goumou pour un pied haut ayant heurté le visage de Jean-Charles Castelletto (88e).

Après des dernières minutes très tendues, les Nantais sont tombés à terre au coup de sifflet final, avant de s’embrasser et de poser, heureux, avec leurs enfants, tandis que les Toulousains ont quitté rapidement le terrain.

Malgré la levée progressive des restrictions sanitaires, le match s’est déroulé à huis clos, par souci d’équité puisque l’aller, programmé en soirée jeudi, s’était déroulé dans un stade vide à cause du couvre-feu.

Mais après des mois de matches marqués par la présence de cars de CRS pour maintenir à distance des manifestants anti-Kita, les supporters avaient été invités à accueillir le bus des joueurs.

Boudée par les principaux groupes de supporters, la petite cérémonie est cependant restée loin de la ferveur manifestée par des centaines de supporters toulousains jeudi lors du match aller, entre fumigènes et pétards.

Car si Toulouse s’est réconcilié avec son public, le fossé semble désormais infranchissable entre les supporters nantais et le président Waldemar Kita, également lâché par plusieurs sponsors.