Foot: les Bleues remaniées s’offrent la Finlande et revoient Hamraoui

La milieu de terrain de l’équipe de France Grâce Geyoro (d), félicitée par ses coéquipières, après avoir marqué le 4e but face à la Finlande, lors du Tournoi de France, le 16 février 2022 au Stade Océane au Havre
/ © 2022 AFP

Avec une formation en partie remaniée, les Bleues ont réussi leur rentrée contre la faible Finlande (5-0) mercredi au Tournoi de France, la revue d’effectif profitant notamment à Clara Matéo et Kheira Hamraoui, entrée en jeu près de trois ans après sa dernière apparition.

Ce succès aisé permet aux tenantes du titre de prendre les commandes de la compétition avant leur deuxième rendez-vous, samedi à Caen contre le Brésil qui, plus tôt, avait accroché les championnes d’Europe néerlandaises (1-1).

Corinne Diacre avait affirmé qu’il n’y aurait “pas d’équipe bis” au coup d’envoi, mais la sélectionneuse a réalisé un contre-pied mercredi en alignant sa gardienne N.2 Solène Durand, en relançant Marrion Torrent à droite de la défense et en donnant du temps de jeu aux peu capées Clara Matéo et Melvine Malard.

La revue d’effectif a porté ses fruits face à la peu relevée Finlande, 28e nation au classement Fifa, dont la triste soirée a débuté par un couac avec le mauvais hymne joué au stade Océane, comme un signe.

Matéo brille

L’attaquante du Paris FC, Clara Matéo, s’est distinguée par une partie enlevée, avec de la percussion, de la vitesse et des coups de pied arrêtés précieux.

A 24 ans, la Nantaise d’origine a bonifié sa septième sélection en délivrant deux corners décisifs pour les têtes de Melvine Malard (2-0, 16e) et Wendie Renard (3-0, 34e), également buteuse à la 89e.

Matéo aurait même pu rêver encore plus grand sans un poteau récalcitrant (73e) après un tir déclenché à l’issue d’un slalom dans la défense adverse.

A cinq mois de l’Euro, prévu en juillet en Angleterre, elle a donné corps aux ambitions affichées en début de semaine auprès de l’AFP, disant vouloir profiter de son deuxième stage d’affilée pour “prendre encore plus d’expérience et pouvoir revenir à la prochaine sélection”.

Du haut de ses 21 ans, Malard a aussi profité de la main tendue par la sélectionneuse pour abattre ses cartes depuis l’aile droite de l’attaque. Vive et décisive, elle a inscrit son 3e but en 9 sélections.

Même âge et même talent pour Sandy Baltimore qui, depuis le couloir opposé à gauche, a causé de nombreux tourments à ses vis-à-vis. Une minute après une jolie reprise au-dessus (11e), l’ailière du Paris SG a provoqué un but contre-son-camp d’Anna Westerlund (1-0, 12e). C’est elle aussi qui tire le corner gagnant pour le dernier but de Renard.

Hamraoui, 3 ans après

Au-delà du résultat final, la soirée a été marquée par le retour sous le maillot tricolore de Kheira Hamraoui, un événement majeur près de trois ans après sa précédente sélection, et plus de trois mois après l’agression qu’elle a subie.

Les 3.600 spectateurs recensés au Havre n’ont pas réagi au moment de son entrée en jeu, à la 62e minute, mais Diacre et Charlotte Bilbault, qu’elle a remplacée, ont été plus chaleureuses, avec des sourires et des accolades.

L’ancienne Barcelonaise a longtemps attendu sa 37e sélection et celle-ci compte d’autant plus qu’elle pourrait la rapprocher d’une place à l’Euro, ce qui aurait été complètement inimaginable il y a quelques mois, et encore plus il y a quelques jours.

Forfait sur blessure en octobre, après un premier rappel surprise, Hamraoui (32 ans) n’était jamais entrée dans les plans de Diacre, qui ne lui avait offert qu’une poignée de secondes en avril 2019 en amical contre le Japon (3-1). Ni dans ceux d’Olivier Echouafni, son prédécesseur (deux sélections en 2016).

Son entrée en jeu, sobre et efficace, donne envie d’en voir davantage face à une opposition plus relevée. Ca tombe bien, le Brésil et les Pays-Bas se présentent bientôt dans ce Tournoi de France.