Foot: Diacre tournée vers le Tournoi de France, sans Henry ni la Norvège

La sélectionneuse de l’équipe de France, Corinne Diacre, lors d’une conférence de presse, le 26 août 2019 à Clairefontaine
Par Jeremy TALBOT / © 2021 AFP

Le Tournoi de France sans Amandine Henry, blessée, ni la Norvège qui a jeté l’éponge, doit permettre aux Bleues de voir des nouvelles têtes et d’oublier la crise de novembre, selon Corinne Diacre qui n’entend pas “revenir sur le passé”.

Pour sa première liste de l’année 2021, dévoilée mardi, la patronne des Bleues a ouvert les portes de Clairefontaine à vingt-sept joueuses, contre vingt-trois habituellement, afin d’anticiper d’éventuels cas de Covid-19.

Le nom d’Amandine Henry n’apparaît pas dedans puisque la milieu lyonnaise, victime d’une lésion musculaire au mollet gauche samedi, doit rester éloignée des terrains pour deux à trois semaines, selon son club.

Ce forfait évite une nouvelle cohabitation potentiellement difficile entre Diacre et la joueuse de 31 ans, qu’elle avait snobée en octobre pour “raison sportive” et à qui elle avait retiré le brassard de capitaine lors du dernier stage de novembre, marqué par de fortes tensions.

Questionnée sur cet interminable feuilleton, la sélectionneuse a refusé de dire si les deux femmes avaient échangé depuis le dernier match contre le Kazakhstan (12-0), le 1er décembre à Vannes.

“La situation (sanitaire) est grave, on n’a pas besoin d’envenimer et revenir sur les choses du passé”, a évacué en conférence de presse la patronne des Bleues, “tournée vers l’avenir”. “J’ai envie d’avancer, j’ai bon espoir aussi que mes joueuses entendront ce message”, a-t-elle insisté.

“Renouveler le groupe”

La liste annoncée mardi depuis l’auditorium de la Fédération française de football (FFF) intègre les cadres habituellement convoquées, à l’instar de la défenseure montpelliéraine Marion Torrent et de l’attaquante lyonnaise Eugénie Le Sommer, appelées à porter le brassard de capitaine.

Les deux joueuses font leur retour dans le groupe, comme Valérie Gauvin (Everton) et Aïssatou Tounkara (Atlético Madrid) également absentes en novembre, respectivement pour blessure et pour un test positif au Covid-19.

Les Bleues devront en revanche toujours se passer de Vivianne Asseyi, l’attaquante du Bayern Munich blessée à l’entraînement lors du dernier stage, et de Griedge Mbock, toujours pas remise d’une rupture du tendon d’Achille gauche.

Les néo-internationales Sandy Baltimore (Paris SG), Oriane Jean-François et Clara Matéo (Paris FC) conservent une place dans le groupe, qui intègre pour la première fois Mylène Chavas et Constance Picaud, les gardiennes de Dijon et du Havre AC, ainsi qu’Ella Palis, milieu de Bordeaux.

Ces joueuses “ont de bonnes performances individuelles dans leurs clubs” et le staff “voulait un peu renouveler le groupe”, a justifié Diacre.

“Moins de pression”

La milieu Sandie Toletti, ancienne Montpelliéraine désormais à Levante en Espagne, fait par ailleurs son retour sous le maillot bleu, trois ans et demi après sa 13e et dernière sélection.

“Aujourd’hui, elle a un temps de jeu conséquent, elle est performante et son club tourne bien”, a résumé Diacre à propos de la joueuse de 25 ans.

La sélectionneuse compte mettre à profit l’année 2021, sans grand enjeu sportif, pour voir de nouvelles têtes ou revoir des joueuses ayant emmagasiné de l’expérience.

“Ce stage doit marquer un nouvel objectif pour l’équipe de France. On a cette saison pour bien nous préparer” à l’Euro en 2022, a-t-elle expliqué. “On a un peu moins de pression, les qualifications sont passées”.

Les Françaises sont attendues au centre d’entraînement de Clairefontaine samedi, à l’exception des joueuses évoluant dans le Championnat d’Espagne qui rejoindront le groupe deux jours plus tard.

Leur premier match est prévu le 17 février à Sedan contre l’Islande de Sara Björk Gunnarsdottir, joueuse de l’OL depuis l’été dernier. Les Bleues se déplaceront ensuite à Metz pour affronter le 20 février la Suisse de Ramona Bachmann (19e), actuelle équipière de Grace Geyoro, Kadidiatou Diani ou encore Marie-Antoinette Katoto au PSG.

La FFF a pris acte mardi du forfait de la Norvège, “dans l’incapacité de participer” au tournoi “en raison du contexte sanitaire”. La Fédération s’emploie à trouver une équipe pour la remplacer, sans garantie d’y parvenir.