Foot: Cavani marque, Manchester United gagne, Solskjaer souffle

L’attaquant de Manchester United Edinson Cavani trompe Jordan Pickford le gardien d’Everton, le 7 novembre 2020 à Liverpool
/ © 2020 AFP

Encore une fois, Manchester United a su répondre quand on l’attendait au tournant en allant battre chez lui Everton (3-1) en chute libre, samedi, pour la 8e journée de Premier League, soulageant la pression sur Ole Gunnar Solskjaer.

Avec ces trois points, les Red Devils sont loin d’être tirés d’affaire, ne pointant provisoirement qu’à la 13e place avec 10 points, alors qu’Everton, qui n’a pris qu’un point sur les quatre dernières journées, après en avoir pris 12 sur 12 lors des quatre premières, s’accroche pour le moment à une 5e place avec 13 unités.

Le couperet semblait sur le point de tomber pour le coach norvégien, après la prestation catastrophique en Ligue des Champions en milieu de semaine, et la défaite face à Basaksehir Istanbul (2-1).

Pire, la presse anglaise se faisait l’écho de contacts entre les dirigeants mancuniens et l’ancien l’entraîneur argentin de Tottenham, Mauricio Pochettino, qui s’était opportunément dit “toujours prêt à s’engager dans ce sport”, lundi.

Pour ce match critique, Solskjaer avait pris des décisions fortes, revenant à son 4-2-3-1 au lieu du 4-4-2 avec milieu en losange et surtout laissant Paul Pogba, trop irrégulier ces derniers mois, sur le banc pour une option plus défensive, avec Fred et Scott McTominay en double pivot.

Bruno Fernandes sauve encore Man United

Carlo Ancetotti avait récupéré, lui, Lucas Digne, qui a purgé sa suspension, et il avait fait de nouveau confiance au gardien international anglais Jordan Pickford, sur le banc pour le dernier match, mais cela n’a pas suffi à enrayer la chute de son équipe.

Elle avait pourtant réussi à ouvrir le score, malgré un début de match plutôt à l’avantage des visiteurs.

Sur un dégagement de Pickford, Victor Lindelöf, trop passif, avait permis à Dominic Calvert-Lewin de dévier de la tête pour l’attaquant brésilien Bernard qui a marqué d’un tir rasant après un bel enchaînement (1-0, 19e).

Mais les Red Devils ont vite redressé le tir grâce à leur sauveur depuis 10 mois, Bruno Fernandes, auteur d’un doublé et d’une passe décisive.

Au terme d’une séquence de 49 secondes avec 20 passes entre huit joueurs différents, et dans une défense bleue où personne n’a bougé ni sauté, il est allé cueillir de la tête un centre de Luke Shaw pour égaliser d’un tête décroisée (1-1, 25e).

Sept minutes plus tard, le Portugais a adressé un centre en rupture pour la tête de Marcus Rashford, lancé.

L’attaquant anglais a sauté haut mais apparemment sans toucher le ballon, qui allait mourir après un rebond sur le poteau, dans le but de son coéquipier en sélection, Pickford (1-2, 32e).

Opération portes ouvertes pour Leeds

Dans le temps additionnel, Edinson Cavani, entré à 10 minutes de la fin, a définitivement ôté tout suspense avec son premier but sous ses nouvelles couleurs (3-1, 90+5).

Sur un contre à 4 contre 2 bien mené, Fernandes a fixé la défense adverse avant de décaler Cavani sur sa gauche, qui n’a eu qu’à ouvrir son pied droit pour tromper Pickford au premier poteau.

“Je ne peux pas louer assez la force de caractère dont les joueurs ont fait preuve”, a souligné après le match Solskjaer, conscient qu’ils lui ont sans doute sauvé la mise, au moins temporairement, même s’il garde son étiquette de coach perpétuellement en sursis.

Dans le deuxième match de l’après-midi, Crystal Palace a profité d’une nouvelle opération portes ouvertes de Leeds (4-1), battu sur le même score que face à Leicester la semaine dernière.

Les Eagles remontent ainsi à la 6e place du classement avec 13 points.

Leeds, qui a eu un but refusé en début de match parce que le bras de Patrick Bamford, avec lequel il demandait le ballon, était hors-jeu selon la VAR, sombre à une bien anonyme 14e place avec 10 points.

Mais si le matelas de 7 longueurs sur la zone rouge paraît confortable, les 17 buts encaissés en 8 matches le rendent soudain plus aussi rassurant.