Foot: au Mexique, les sanctions visent le stade et les propriétaires après les violences de samedi

Des supporters des clubs mexicains de Queretaro et de l’Atlas se battent lors d’un match de championnat, le 5 mars 2022 à Queretaro
/ © 2022 AFP

L’équipe de Querétaro, qui évolue en première ligue mexicaine, va jouer pendant un an à huis clos ses rencontres à domicile, a indiqué mardi la Fédération mexicaine de football (FMF) en annonçant plusieurs sanctions après les violences de samedi soir.

L’actuelle direction du club va être suspendue cinq ans, a ajouté la FMF qui s’est réunie mardi après des affrontements entre supporteurs qui ont “choqué” la Fédération internationale de football (FIFA). Le Mexique doit co-organiser le Mondial-2026 avec les Etats-Unis et le Canada.

D’après la FMF, cette direction intègre un agent de joueur, Greg Taylor, et plusieurs de ces partenaires mexicains.

L’administration du club revient aux propriétaires des “droits d’affiliation”, “à condition qu’ils le mettent en vente avant la fin de l’année 2022”, a poursuivi la FMF.

Les “Gallos” de Querétaro appartiennent à une entreprise

Solaz Deportes y Entretenimiento

constituée en 2019 autour de Jorge Alberto Hank Inzunza, un des hommes d’affaires les plus riches du Mexique.

Une amende de 1,5 millions de pesos (70.000 dollars) a été infligée au club, dont les “barras” (supporteurs violents) seront interdits de stade pendant trois ans.

Les supporteurs de l’Atlas sont également interdits de rencontres à l’extérieur pendant six mois.

Ces sanctions punissent les violences qui ont éclaté entre supporteurs dans les tribunes à la 63e minute du match entre les supporteurs des “Gallos Blancos” de Queretaro et les “Zorros” d’Atlas samedi dernier.

Une partie des 14.000 personnes s’est réfugiée sur la pelouse, dont au moins un couple avec deux enfants. Le match a été interrompu.

Lundi, 19 des 26 blessés avaient quitté l’hôpital.

Dix responsables présumés des violences ont été arrêtés, a indiqué mardi la justice.

Identifiés grâce aux images des médias et aux réseaux sociaux, ils sont soupçonnés de “tentative d’homicide, de violence dans une enceinte sportive et d’apologie du crime”.

La FMF a décidé d’attribuer les trois points de la victoire du match de samedi à l’Atlas, champion sortant du dernier tournoi d’ouverture. L’Atlas menait 1-0 à l’interruption de la rencontre.

Ces incidents, qualifiés de “barbarie” par la presse mexicaine, sont les plus graves dans le football mexicain depuis le 26 mai 1985 quand des heurts entre supporteurs des Pumas et América s’étaient soldés par huit morts au stade Olympique de Mexico.

Ce drame avait eu lieu trois jours avant celui du Heysel à Bruxelles, où 39 personnes sont mortes avant la finale de Coupe d’Europe entre Liverpool et la Juventus de Turin.

Querétaro est connu en dehors des frontières du Mexique pour avoir accueilli la star brésilienne Ronaldinho lors de sa pré-retraite sportive en 2015, après ses belles années au Paris Saint-Germain et au Barça.