Le président de la FIFA, Gianni Infantino, en conférence de presse à Dacca au Bangladesh, le 17 octobre 2019
/ © 2019 AFP

Le prĂ©sident de la FIFA Gianni Infantino a plaidĂ© jeudi en faveur d’une interdiction mondiale de stade pour les spectateurs coupables d’actes racistes, trois jours après les incidents lors du match Bulgarie-Angleterre.

“Cela (le racisme) existe malheureusement en 2019” a-t-il reconnu lors d’une confĂ©rence de presse Ă  Dacca.

Lundi, le match de qualification Ă  l’Euro-2020 entre la Bulgarie et l’Angleterre Ă  Sofia a Ă©tĂ© interrompu deux fois après des actes racistes visant des joueurs noirs de l’Ă©quipe anglaise.

“Si des actes racistes visent des footballeurs, nous devons arrĂŞter le match, a poursuivi Infantino. Nous ne pouvons pas laisser les personnes racistes gagner. Le football doit continuer et nous devons punir ces personnes.”

L’Italien a assurĂ© qu’il Ă©tait dĂ©sormais facile d’identifier les auteurs de ces actes, grâce aux camĂ©ras dans le stade. “Ils doivent ĂŞtre arrĂŞtĂ©s, expulsĂ©s des stades, ne plus ĂŞtre autorisĂ©s Ă  y rentrer et des procĂ©dures judiciaires doivent ĂŞtre lancĂ©es contre eux”, a-t-il demandĂ©.

Si un pays bannit un spectateur pour cause de racisme, le prĂ©sident de la FIFA a assurĂ© que la sanction “sera(it) Ă©tendue partout dans le monde” par l’instance mondiale du football.

Six Bulgares ont été inculpés en marge du match Bulgarie-Angleterre, disputé lundi et émaillé par des cris de singes et des saluts nazis, alors que trois autres sont recherchés.

Un Bulgare de 18 ans a été mis en examen tandis que quatre autres supporters ont été condamnés à une amende et interdits de stade pendant deux ans.

Infantino a condamnĂ© mardi les incidents, dĂ©nonçant une “maladie qui semble s’aggraver dans certaines parties du monde” et misant en prioritĂ© sur “l’Ă©ducation de nos jeunes, de nos enfants ainsi que de ceux qui sont un peu plus âgĂ©s” pour combattre le racisme.