Euro: pour les Bleus, Lloris n’a pas suffi

La déception du capitaine et gardien de but Hugo Lloris, après l’élimination aux tirs au but (3-3, 5-4 a.p.) face à la Suisse, en 8e de finale de l’Euro 2020, le 28 juin 2021 à Bucarest
Par Jeremy TALBOT / © 2021 AFP

Battu trois fois dans le match, inefficace dans la séance de tirs au but, Hugo Lloris n’a pas réussi à maintenir le navire français à flot, malgré un penalty arrêté durant un huitième de finale de folie à l’Euro contre la Suisse (3-3 a.p., 5-4 t.a.b.)

Pour le capitaine, le rêve de doublé des champions du monde français s’est envolé dans la nuit de Bucarest, terminus d’un Championnat d’Europe raté malgré un statut de favori clairement assumé.

“C’est douloureux, s’est livré le gardien au micro de TF1. Encore plus après une séance de tirs au but où ça devient de la loterie.”

D’autant que Lloris n’excelle pas dans cet exercice, même si son penalty arrêté à la 55e minute a pu laisser penser le contraire. Les vents contraires étaient trop forts face au gardien de Tottenham, soufflé par un doublé de Haris Seferovic notamment et dépassé dans les face à face d’une fin de match irrespirable.

Tous les tireurs suisses ont réussi à faire trembler ses filets, et il n’a pu qu’effleurer la tentative de Ruben Vargas, le quatrième à s’élancer depuis le point de vérité.

L’issue de la rencontre ne pourra pas résumer le tournoi du Français, délaissé par une défense plus aussi intraitable qu’auparavant.

Alors que les Tricolores étaient déjà menés 1-0, le gardien de 34 ans a entretenu l’espoir en stoppant un penalty de Steven Zuber, avant qu’un doublé de Karim Benzema ne permette à son équipe de renverser la “Nati”.

Touché, coulé

Le dernier penalty qu’il avait stoppé sous le maillot bleu? C’était en 2012 contre l’Espagne, alors championne du monde et double championne d’Europe en titre. Autant dire, une éternité.

Benzema était déjà avec lui sur la pelouse ce jour-là. Neuf ans plus tard, l’attaquant du Real Madrid est venu lui glisser quelques conseils à l’oreille, semblant lui dire de quel côté s’élancer.

Il fallait bondir sur sa droite et le félin de Tottenham n’a pas raté l’occasion de briller, repoussant le ballon loin de sa cage avant de rugir de bonheur, le poing serré de rage, une image si rare pour le gardien si placide habituellement.

Les Bleus sont venus remercier leur capitaine aux 129 sélections, comme s’il avait marqué un but!

Des buts, pourtant, Lloris en a encaissé plus qu’à l’accoutumée dans la National Arena de Bucarest: trois précisément, une première depuis le précédent huitième de finale disputé par les Français, en Coupe du monde face à l’Argentine de Lionel Messi (4-3).

“Le regret qu’on peut avoir c’est qu’en menant 3-1, ces dernières années, on a été capable de fermer la boutique”, a-t-il admis lundi.

En serrant les rangs ensuite en 2018, le Niçois d’origine avait atteint les cimes avec ce titre mondial contre la Croatie en Russie. Mais trois ans plus tard, c’est la gueule de bois malgré l’ambition affichée.

“Comme on est l’équipe de France et champions du monde en titre, se faire éliminer en huitièmes de finale, c’est pas bon comme résultat, a assumé le capitaine lundi. Tout le monde attendait plus, nous les premiers. Il faudra digérer cette déception.”

Son parcours s’arrête en Roumanie. Il aurait même pu s’arrêter contre le Portugal (2-2), en clôture de la phase de groupe. Il a percuté du coude Danilo dans une intervention peu méritée sanctionnée d’un carton jaune à la teinte rougie.