Euro: l’Italie bête noire de l’Autriche, Gallois et Danois en outsiders

Les stars de l’équipe autrichienne David Alaba (centre), Julian Baumgartlinger et Marko Arnautovic à l’entraînement à Seefeld, le 25 juin 2021, veille du match contre l’Italie
/ © 2021 AFP

Les Italiens, bourreaux récurrents de l’Autriche, seront à nouveau favoris samedi (21h00) en huitièmes de finale de l’Euro à Londres tandis que l’issue apparaît plus indécise entre les outsiders gallois et danois à Amsterdam (18h00).

A la Johan-Cruyff Arena, le pays de Galles de Gareth Bale rêve de reproduire son incroyable épopée de 2016, lorsque les “Dragons” avaient atteint les demi-finales de l’Euro en France, contre toute attente.

L’équipe dirigée par le sélectionneur intérimaire Robert Page a terminé deuxième du groupe A, en ne concédant qu’une courte défaite devant l’Italie (1-0).

Le Danemark s’est qualifié également en deuxième position dans le groupe B, mais avec seulement une victoire et deux défaites.

Logiquement bouleversés par l’arrêt cardiaque de leur star Christian Eriksen lors de leur entrée dans le tournoi contre la Finlande, les joueurs de Kasper Hjulmand ont appris avec soulagement qu’il était tiré d’affaire. Et ils ont su se remobiliser pour écraser la Russie (4-1) et arracher leur ticket pour la phase à élimination directe.

Ils se prennent à rêver de rééditer l’exploit de 1992 lorsque la troupe de Brian Laudrup avait remporté le tournoi, alors joué à huit équipes, après avoir été repêchée à la place de la Yougoslavie.

L’ambition italienne grandit

Même si les Danois, qui n’ont pas atteint les quarts de finale de l’Euro depuis l’édition 2004, ont gagné leurs trois derniers matches officiels contre les Gallois, il s’agit de la première rencontre entre les deux nations dans une compétition majeure et elle s’annonce serrée.

A Londres (21h00), les équipiers de Ciro Immobile, absents du dernier Mondial, auront en revanche clairement la faveur des pronostics devant ceux de David Alaba.

La “Nazionale” est invaincue contre “Das Team” depuis 1960, soit treize rencontres.

En tournoi majeur, l’Italie a remporté ses quatre affrontements contre l’Autriche, à chaque fois lors d’une Coupe du monde et avec un but d’écart: 1-0 en 1934, 1-0 en 1978, 1-0 en 1990 et 2-1 en 1998.

Mais au-delà des statistiques, c’est la forme affichée par l’équipe de Roberto Mancini depuis le début de l’Euro qui incite ses supporters à l’optimisme.

Avec trois succès dans le groupe A, sans encaisser un seul but, les Italiens, qui ne comptent qu’un seul Euro à leur palmarès, décroché en 1968, ont vu grandir leurs ambitions initiales.

Ils ont l’occasion à Wembley d’enchaîner un 31e match d’affilée sans défaite, ce qui constituerait la plus grande série d’invincibilité de l’histoire de cette sélection, finaliste malheureuse de l’Euro en 2000 et 2012.

A l’inverse, c’est la première fois que l’Autriche dispute la phase à élimination directe d’un Championnat d’Europe.

Le programme des huitièmes de finale joués samedi:

A Amsterdam: Pays de GallesDanemark (18h00)

A Londres: ItalieAutriche (21h00)