Euro: Les Bleus à un carrefour riche d’incertitudes

Les joueurs français après leur élimination aux tirs au but en 8e de finale de l’Euro contre la Suisse le 28 juin 2021 à Bucarest
Par Jérémy TALBOT et Antoine MAIGNAN / © 2021 AFP

Et maintenant? L’équipe de France, éliminée dès les huitièmes de finale de l’Euro, se retrouve au croisement de plusieurs inconnues à un an du Mondial-2022. Le chef d’équipe Didier Deschamps a plusieurs chantiers sur le feu, à dix-sept mois du voyage au Qatar.

. Défense sans filet

Les Bleus ont gagné le Mondial en 2018 avec leur défense, ils ont perdu l’Euro à cause d’elle. L’arrière-garde tricolore a maté l’Allemagne (1-0) en ouverture, mais elle a pris l’eau contre la Hongrie (1-1), sur un mauvais placement de Benjamin Pavard, contre le Portugal (2-2) avec deux penalties concédés, avant surtout de s’effondrer contre la Suisse (3-3 a.p., 5-4 t.a.b.).

Certes, les pépins physiques ont assommé les Français, entre le KO de Pavard contre la “Mannschaft”, la blessure musculaire de Lucas Digne, le coup reçu par Jules Koundé et le genou abîmé de Lucas Hernandez. Mais ils ont rendu encore plus flagrantes les carences au poste d’arrière droit: Pavard diminué, Deschamps a utilisé le défenseur axial Koundé à contre-emploi et maintenu Léo Dubois sur le banc.

Il a aussi osé un schéma à trois centraux avec Clément Lenglet contre la Suisse et le défenseur du FC Barcelone a manqué sa rencontre, en cédant sur le premier but, rendant fébrile ses voisins Presnel Kimpembe et Raphaël Varane.

Désireux de “placer le trio offensif dans les meilleures dispositions”, Deschamps en a presque oublié d’assurer ses arrières. L’urgence commence par là.

. Attaque à appuyer

Après un retard à l’allumage, le trident offensif des Bleus a remis les pendules à l’heure contre la Suisse, sans que cela ne soit suffisant. Karim Benzema a de nouveau brillé avec un doublé, comme face au Portugal, et son association avec Kylian Mbappé et Antoine Griezmann a fait mal.

Sur le premier but tricolore, ce dernier agit comme une rampe de lancement pour Mbappé qui remise sur Benzema. L’avant-centre du Real Madrid s’emmène alors le ballon dans la surface pour tromper Yann Sommer avec un pointu du pied gauche. Sur le second, “Grizou” sert Mbappé qui lui remet d’une talonnade, le Mâconnais pique son ballon au-dessus du gardien qui détourne légèrement et Benzema surgit de la tête au second poteau.

Indéboulonnable depuis le début du tournoi, le trio a produit le déclic espéré par Deschamps, sélectionneur qui a pris un risque certain, mais calculé, en rappelant l’ancien banni Benzema à la surprise générale. Mais en le faisant au début de l’été, et non au stage de mars, il n’a pas eu le temps de perfectionner un trio qui n’a pas donné sa pleine mesure.

. Avec quels hommes repartir ?

Malgré la fatigue affichée par les titulaires, Deschamps n’a introduit qu’une rotation très limitée au cours du tournoi, envoyant un message peu emballant aux habitués du banc.

C’est le cas notamment de Wissam Ben Yedder, mis en tribune contre la Hongrie et jamais utilisé le reste du temps, ou encore d’Olivier Giroud, le deuxième buteur de l’histoire des Bleus qui n’a dû se contenter que de miettes. Son statut et son doublé, contre la Bulgarie (3-0) en préparation, auraient pu lui ouvrir un peu plus les portes de l’équipe de France. A 34 ans, l’attaquant de Chelsea ne semble plus trop entrer dans les plans du sélectionneur, comme Dubois, Lenglet et Kurt Zouma.

Au-delà du trio d’attaque, “DD” peut en revanche toujours s’appuyer sur ses milieux N’Golo Kanté et Paul Pogba. Le dernier notamment a réalisé un Euro de toute beauté, malgré une erreur sur le troisième but suisse. Dans ce secteur de jeu, la France dispose d’un réservoir de talents sans équivalent, avec les Espoirs Eduardo Camavinga, Aurélien Tchouaméni ou encore Boubakary Soumaré qui se bousculent au portillon.

. Pas le temps de cogiter

Les champions du monde vivront peut-être un triste été, mais les affaires courantes reprendront très vite, dès le 1er septembre avec la réception de la Bosnie-Herzégovine pour les qualifications au Mondial-2022. Ils enchaîneront avec un déplacement en Ukraine trois jours plus tard, avant de recevoir la Finlande, le 7 septembre à Lyon.

Autre rendez-vous pour Hugo Lloris et ses partenaires: le “Final 4” de Ligue des nations, en octobre en Italie. Les Bleus affrontent la Belgique en demi-finale à Turin le 7 octobre et espèrent atteindre la finale de cette épreuve contre l’Espagne ou l’Italie. Un titre, même honorifique, pourrait leur remettre un peu la tête à l’endroit.