Euro: le vieux dragon Bale peut-il ranimer la flamme de 2016 ?

Gareth Bale à la fin du quart de finale de l’Euro-2016 remporté par le pays de Galles contre la Belgique le 1er juillet 2016 à Villeneuve-d’Ascq
Par Frédéric HAPPE / © 2021 AFP

Après une saison en demi-teinte avec Tottenham, Gareth Bale (31 ans) retrouve la sélection galloise pour défier la France en amical, mercredi (21h05), avant un Euro cet été où il tentera de ranimer la flamme de 2016.

Les “Dragons” qui se frotteront à la Suisse et à la Turquie à Bakou, puis à l’Italie à Rome pour le groupe A, n’auront pourtant pas grand chose à voir avec les demi-finalistes surprises en France il y a cinq ans, qui avaient chuté face au futur champion, le Portugal (2-0).

Sur les 26 joueurs retenus par Robert Page, il ne reste que huit rescapés, Bale, évidemment, mais aussi Aaron Ramsey, Ben Davies, Chris Gunter, Danny Ward, Joe Allen, Jonny Williams et Wayne Hennessey.

Les deux premiers seront les tauliers d’une sélection rajeunie et orpheline de Ryan Giggs, le sélectionneur qui avait qualifié l’équipe de justesse, mais qui a été depuis rattrapé par de graves accusations de violence sur son ex-petite amie et la soeur de cette dernière, qu’il dément.

Même si c’est son adjoint Robert Page, avec qui a joué Giggs en équipe nationale, qui a pris les rênes, Bale reste le fer de lance offensif de l’équipe et son baromètre.

Dans l’impasse au Real

“Nous voulons l’amener dans les meilleures dispositions pour l’Euro”, a d’ailleurs reconnu le coach mardi en conférence de presse, tout en étant discret sur le rôle qu’il jouera à Nice mercredi soir.

Dans l’impasse au Real Madrid, avec qui il est encore sous contrat pour un an, il s’était fait prêter à Tottenham en rêvant à des retrouvailles idylliques avec le club qui l’avait propulsé au plus haut niveau, histoire d’arriver lancé à l’Euro.

Mais la saison très chaotique des Spurs, qui ont limogé José Mourinho juste avant une finale de Coupe de la Ligue perdue, n’a sans doute pas aidé. Et ses 16 buts et 3 passes décisives en 34 rencontres n’ont pas complètement rassuré les supporters gallois.

Le départ du Real de Zinédine Zidane, avec qui les relations étaient glaciales il y a deux saisons, ne clarifie rien.

Bale, lui-même, a botté en touche sur son avenir, qu’un journal espagnol a affirmé être plus sur les greens de golf que les pelouses de football.

“Je sais ce que je ferai, mais cela ne causerait que davantage de désordre si je dis quoi que ce soit. Ce sera pour après l’Euro”, a-t-il assuré après le dernier match de la saison, contre Leicester, qu’il a agrémenté d’un doublé (4-2).

Le pays de Galles avant tout

“Je ne pense à rien d’autre qu’au pays de Galles”, a ajouté celui qui avait posé avec une banderole provocatrice “Pays de GallesGolfReal Madrid, dans cet ordre”, juste après la qualification obtenue pour l’Euro.

Bale sait très bien que son équipe ne bénéficiera plus de l’effet de surprise qui avait contribué à son parcours historique en 2016 et il s’est efforcé de calmer les attentes.

“Nous adorerions le refaire, mais nous sommes réalistes. C’est une équipe différente, un tournoi différent”, a-t-il déclaré lundi.

Le parcours de qualification, terminé à la deuxième place du groupe 3 derrière la Croatie n’a rien eu de très glorieux avec quatre victoires en huit matches dont deux contre l’Azerbaïdjan, et 10 buts inscrits.

Ils ont enchaîné depuis avec une belle Ligue des nations (5 victoires, 1 nul) qui leur a permis d’accéder au niveau le plus élevé pour la prochaine édition, avant d’entamer les éliminatoires pour le Mondial-2022 avec une défaite contre la Belgique puis une victoire contre les Tchèques.

“Il sera difficile de se mesurer à toutes ces grandes nations”, a prévenu Bale en amont de l’Euro.

“Mais nous sommes confiants dans nos propres capacités, sur ce que nous pouvons faire sur le terrain, et nous ferons tout pour que ce soit un succès autant que possible”, a-t-il cependant promis.