Euro: Laporte, l’ancien Bleu a dégagé la voie de la “Roja”

La joie du défenseur espagnol Aymeric Laporte, félicité par le milieu de terrain Koke, près avoir marqué le 2e but face à la Slovaquie, lors de la 3e journée du groupe E à l’Euro 2020, le 23 juin 2021 à Séville
Par Gabriel RUBIO GIRON, avec Nicolas BLASQUEZ / © 2021 AFP

Un ancien Bleu qui montre la voie à la “Roja”: Aymeric Laporte, naturalisé espagnol début mai et buteur mercredi contre la Slovaquie (5-0), a aidé l’Espagne à rejoindre les huitièmes de l’Euro, chassant les interrogations nées de son choix de renoncer à l’équipe de France.

Quatre jours après s’être fait bousculer comme un jeune premier par Robert Lewandowski sur l’égalisation du buteur polonais (1-1), le défenseur central de Manchester City s’est rattrapé en mettant l’Espagne à l’abri juste avant la mi-temps, dans un match couperet que les Ibériques ne devaient absolument pas perdre pour accéder à la phase finale.

Sur un centre en cloche de Gerard Moreno consécutif à un corner mal repoussé par la défense slovaque, le joueur de 27 ans, qui semblait pourtant un peu court, s’est élevé très haut pour marquer d’une tête lobée, logeant le ballon dans la lucarne de Martin Dubravka (2-0, 45e+3).

“Défendre ce pays à ma manière”

Ce but a rassuré au meilleur moment la “Roja”, qui avait ouvert le score à la demi-heure de jeu sur une bévue incroyable du gardien de la Slovaquie, mais qui restait sous la menace d’une égalisation.

Rassérénée, la sélection de Luis Enrique a ensuite déroulé en seconde période pour écraser une équipe slovaque très faible qui a été assommée par le but de Laporte.

Le natif d’Agen (Lot-et-Garonne), quasiment pas sollicité défensivement au stade de la Cartuja mercredi, a ainsi inscrit son premier but avec l’Espagne lors de sa quatrième sélection, à peine plus d’un mois après avoir été naturalisé avec l’accord du Conseil des ministres espagnol.

Un choix qui a beaucoup fait parler mais que Laporte a assumé la semaine dernière dans un entretien à l’AFP: “Je suis là pour faire mon boulot, défendre ce pays à ma manière, et j’espère qu’on ira le plus loin possible”, a-t-il lancé.

Le “Citizen”, qui avait déjà failli opter pour la “Roja” de Julen Lopetegui en 2016, a dû tourner le dos aux Bleus en acceptant la demande de la fédération espagnole de football, alors qu’il avait déjà participé à plusieurs rassemblements avec la France.

Luis Enrique voulait Laporte

Selon la presse espagnole, l’initiative d’appeler Laporte est venue du sélectionneur Luis Enrique lui-même, qui était en quête de renfort pour sa défense inexpérimentée en l’absence de l’emblématique capitaine Sergio Ramos, finalement pas sélectionné.

Formé à l’Athletic Bilbao de 2010 à 2018 avant son départ pour l’Angleterre, Laporte avait été appelé à trois reprises en équipe de France entre 2016 et 2020 mais n’avait jamais disputé la moindre minute sous le maillot bleu.

Le défenseur de Manchester City, en effet, n’avait jamais réussi à convaincre le sélectionneur Didier Deschamps: après avoir été présent dans toutes les équipes de France de jeunes, il n’était jamais entré en jeu avec l’équipe de France A.

Convoqué une première fois fin 2016, puis en mars 2017, Laporte n’avait pas disputé une minute en match officiel sous le maillot bleu. Convoqué à nouveau en août 2019, il s’était blessé et avait manqué le coche.

Mercredi à Séville, Laporte et l’Espagne, au bord du gouffre après deux matches nuls décevants face à la Suède (0-0) et la Pologne (1-1), ont fait le plein de confiance et pourront aborder sereinement leur huitième de finale face à la Croatie, lundi à Copenhague.

Avant, peut-être, de recroiser la route des Bleus au cours du tournoi et de pouvoir montrer, en fait, de quoi il est capable.

“Oui, je sais que c’est possible”, avait-il lancé la semaine dernière à l’AFP. “Mais je n’ai pas forcément imaginé le moment. Je préfère ne pas y penser. Si ça se passe, j’aurai le temps d’y penser.”