Euro: l’Angleterre attendue sur le fond et la forme

Les Anglais Declan Rice, Harry Kane et Luke Shaw, après le match nul (0-0) contre l’Ecosse, lors de la 2e journée du groupe D à l’Euro 2020, le 18 juin 2021 au stade de Wembley à Londres
Par Frédéric HAPPE / © 2021 AFP

Comme d’autres favoris de l’Euro, l’Angleterre jouera gros mardi (21h00) contre la République tchèque, où elle ne sera pas jugée que sur une qualification probable en huitièmes de finale de l’Euro, mais aussi sur la manière.

Simultanément, Ecosse et Croatie s’affronteront à Glasgow, un éventuel vainqueur pouvant encore espérer accrocher au moins une des places de meilleur troisième.

Avec quatre points, l’Angleterre est actuellement deuxième du groupe D, derrière son futur adversaire à la seule différence de buts (+1 contre +2).

Un nul entre Anglais et Tchèques suffirait à assurer la qualification des deux équipes.

Mais il priverait les “Three Lions” d’un huitième de finale à Wembley, même si l’adversaire pourrrait être relevé (France, Allemagne ou Portugal).

Signe du trouble profond laissé par le 0-0 insipide contre l’Ecosse vendredi, certaines voix se sont d’ailleurs interrogées ce week-end sur les mérites d’une deuxième place et de son huitième moins relevé, contre le deuxième du groupe E (Espagne, Suède, Pologne et Slovaquie).

Le Tchèques ne calculeront pas, eux, a assuré lundi leur capitaine et milieu de terrain, Vladimir Darida: “personne dans l’équipe ne veut perdre, on veut tous gagner le match, le reste se règlera tout seul”.

Mais côté anglais, le désenchantementencore contenuest à la mesure de l’enthousiasme qui entourait cette équipe jeune et talentueuse à son entrée dans la compétition.

Toujours en rodage

Avec un groupe de 26 construit autour de Manchester City, champion d’Angleterre et finaliste de la Ligue des champions, Chelsea, vainqueur de la C1, et Manchester United, finaliste de la Ligue Europa, l’Angleterre espérait surfer sur la dynamique positive de ses clubs.

Mais après un début encourageant contre la Croatie (1-0), les doutes sur le système et les hommes ont ressurgi.

La jeunesse de l’effectifle onze aligné vendredi, âgé de 25 ans et 31 jours en moyenne, était le plus jeune pour l’Angleterre dans une compétition internationalea parfois été avancé comme explication.

“C’est un groupe relativement inexpérimenté, je crois que c’est le troisième plus faible total de sélections dans le tournoi”, avait plaidé Gareth Southgate.

Mais il est surprenant que trois ans après une demi-finale de Coupe du monde, dont huit des onze titulaires sont encore dans le groupe, l’équipe de Southgate semble encore en rodage.

“Contre l’Ecosse (…) beaucoup ont vécu une expérience très différente de ce qu’ils ont pu connaître avant”, a-t-il asséné, alors qu’ils affrontaient une équipe qui n’avait pas disputé de phase finale majeure depuis 23 ans.

“Nous voulons nous améliorer et c’est ce pour quoi on va travailler avant de jouer la République tchèque”, avait encore ajouté le sélectionneur.

Kane reste intouchable

Face à une équipe qu’ils avaient laminée (5-0) à Wembley en éliminatoires, avant de subir leur seul accroc à Prague (2-1) dans un groupe A qu’ils avaient survolé en marquant 37 buts en 8 matches, des changements sont à attendre.

A l’arrière, un retour de Harry Maguire, qui apporterait un supplément de leadership à une équipe qui en manque cruellement, n’est pas à exclure, mais c’est surtout en attaque que se situe le chantier.

Bien que très décevant jusqu’ici, Harry Kane garde son totem d’immunité.

“Il est fondamental non seulement par les buts qu’il marque, mais aussi dans la construction et par tout ce qu’il apporte d’autre. C’est notre joueur le plus important”, a affirmé Southgate, balayant tout doute sur la présence de son capitaine, malgré six petits tirs, dont aucun cadré, en deux matches.

Les regards se tournent forcément vers Jack Grealish et Marcus Rashford, peu utilisés jusqu’ici, ou Jadon Sancho, qui n’est pas encore entré sur le terrain à l’Euro, pour prendre la place de Phil Foden et Mason Mount, voire de Raheem Sterling, malgré son but victorieux du premier match.

Southgate est resté muet sur ses choix à venir, reconnaissant juste avoir “des options explosives” dans son groupe.

“Le plus important, c’est que tout le monde se regroupe derrière l’équipe (…) Nous savons que nous avons de très bons joueurs, nous savons qu’ils peuvent jouer mieux qu’ils ne l’ont fait mais il faut les aider à atteindre ce niveau”, a-t-il presque imploré.