Euro: la Suisse neutralisée par les Dragons gallois

L’attaquant gallois Gareth Bale tire le maillot de l’attaquant suisse Breel Embolo lors du match de groupes de l’Euro, à Bakou, le 12 juin 2021
/ © 2021 AFP

Une tête du géant Kieffer Moore et les sauvetages de Danny Ward ont privé la Suisse d’un succès face aux Dragons gallois de Gareth Bale pour ses débuts dans l’Euro samedi à Bakou.

La Nati a cru faire le plus difficile en ouvrant le score au retour des vestiaires grâce un corner de Xhedan Shaqiri transformé de la tête par l’attaquant de Mönchengladbach Breel Embolo (49e) mais les hommes de Vladimir Petkovic n’ont jamais pu faire le break et l’avant-centre gallois Kieffer Moore (1,95 m), le crâne bandé après un choc en début de match, a égalisé d’une tête décroisée (74e).

“On devait chercher ce deuxième but, a regretté Embolo à l’issue de la rencontre. On a profité d’un coup de pied arrêté, c’est aussi comme ça qu’on s’est fait punir. Je trouve qu’après le 1-0 on était un peu trop passifs, on avait deux, trois actions, on n’a pas concrétisé, et après on s’est fait punir.”

Au-delà de la passivité et du manque de précision suisse, ce résultat est le produit des choix du sélectionneur gallois Robert Page, propulsé sur le banc en avril après la mise à l’écart de Ryan Giggs, accusé de graves accusations de violences sur son ex-petite amie et la soeur de cette dernière, qu’il dément.

Les deux surprises concoctées par Page dans le onze de départla présence au milieu de Joe Morrell, remplaçant à Luton Town en D2 anglaise, et celle en pointe de Moore, qui n’avait pas débuté les deux matches de préparation contre la France et l’Albanieont payé.

Comme le choix de titulariser dans les cages Danny Ward, qui s’est montré décisif même s’il n’a presque pas joué (5 matches) à Leicester où il est la doublure du Danois Kasper Schmeichel.

Sa claquette face à une nouvelle tête d’Embolo sur corner (90e) a sauvé le précieux point du nul pour les Gallois.

Il a manqué un deuxième but à Embolo mais l’attaquant de Mönchengladbach a été le plus dangereux côté suisse.

Il a pris les choses en main au retour des vestiaires après une première période de domination stérile marquée par un manque d’adresse dans le dernier geste.

A l’image de Haris Seferovic qui a longtemps manqué de précision. Les tentatives du buteur de Benfica, pourtant efficace en Liga portugaise (22 buts en 31 matches), ont fui le cadre : sa frappe en pivot pas évidente (27e), un tir sec (41e) et même sa reprise après une remise inspirée de Breel Embolo juste avant la pause (45e+1).

“On méritait la victoire aujourd’hui, a estimé ce dernier. Mais c’est pas simple, c’est un tournoi où il y a des joueurs de qualité. C’est dommage. On prend ce point et on continue avec ce bon état d’esprit.”

L’ancien Madrilène Gareth Bale a lui été discret en face mais ce match nul permet aux Gallois, finalistes surprises de l’édition 2016, d’espérer sortir de leur groupe A dominé par l’Italie (3 points) après sa victoire contre la Turquie (3-0) vendredi.

“Nous ne sommes pas trop déçus de ce nul, ç’aurait pu être pire”, a réagi Bale, saluant le “caractère” de son équipe.