Euro: la Suisse domine la Turquie (3-1) et peut encore rêver des 8e

Le milieu de terrain suisse Xherdan Shaqiri marque le 3e but, et son 2e du match contre la Turquie, lors de la 3e journée du groupe A à l’Euro 2020, le 20 juin 2021 à Bakou
Par Coralie FEBVRE / © 2021 AFP

Portée par un doublé de Shaqiri et des cadres métamorphosés, la Suisse a dominé la Turquie dimanche 3-1 dans un match débridé et prend la troisième place du groupe A, avec l’espoir d’accéder aux huitièmes de finale.

Avec trois défaites, huit buts encaissés et un marqué, les joueurs de Senol Gunes sont eux éliminés, malgré l’envie affichée dimanche, un festival de frappes et un bon portier.

Forts de leurs quatre points, alors qu’il n’en avait fallu que trois au futur champion portugais pour franchir les poules à l’Euro-2016, les Suisses peuvent garder l’espoir de figurer parmi les quatre meilleurs troisièmes.

Si la Nati se sort des poules, comme lors des Mondiaux-2014 et 2018 et de l’Euro 2016, elle le devra au réveil de ses joueurs-clés, très critiqués après le nul face au pays de Galles (1-1) et la déroute infligée par l’Italie (3-0).

“L’important aujourd’hui, c’était de réagir en équipe, unis, et c’est ce que nous avons fait”, s’est réjoui au micro de la RTS Xherdan Shaqiri, élu homme du match par l’UEFA.

Seferovic en pivot

Les hommes de Vladimir Petkovic devront en revanche retrouver une cohésion défensive, eux qui ont fini par payer d’une réduction de l’écart en deuxième mi-temps les alertes sur la cage de Sommer.

Ils pourront aussi regretter les occasions dilapidées, alors qu’une meilleure différence de buts leur auraient permis de repasser devant le pays de Galles, défait par l’Italie (1-0).

La Turquie s’était montrée dangereuse dès les premières minutes, avec une frappe lointaine de Burak Yilmaz (2e), frustré par sa stérilité dans le tournoi, suivie d’une parade de Yann Sommer sur une demi-volée de Kaan Ayhan.

Mais la Suisse, tranchante sur ses contres, a converti sa première occasion d’une superbe frappe croisée à ras de terre de Seferovic, trouvé dos au but à l’entrée de la surface (1-0, 6e).

Les Turcs ont multiplié les tentatives pour recoller et Sommer a dû sortir un nouveau tir de Muldur (15e), sans qu’aucune équipe ne parvienne à écarter le danger de ses cages.

Patron jusque là décevant de l’attaque suisse, faute de temps de jeu avec Liverpool, Xherdan Shaqiri a retrouvé alors des jambes et son costume préféré, celui de joueur décisif en phase finale.

Shaqiri régale

Servi à l’entrée de la surface, le N.10 helvète a expédié dans la lucarne turque une limpide frappe enroulée du droit, pourtant son mauvais pied (2-0, 26e).

Deux minutes plus tard, lancé par Seferovic pour un contre fulgurant, Shaqiri a même manqué d’aggraver le score mais Gunok a dévié du pied sur son poteau droit.

Profitant des boulevards ouverts par la Turquie, les Suisses ont multiplié les tentatives mais échoué à se mettre à l’abri (45e, 49e, 51e, 52e, 57e).

Et la punition est venue, contre le cours du jeu, du milieu du Fenerbahce Irfan Can Kahveci, qui s’est joué de Rodriguez avant d’enrouler sa frappe dans la lucarne de Sommer (2-1, 62e).

Dans un match déchaîné, Shaqiri a redonné de l’air aux siens avec une frappe en force au deuxième poteau (3-1, 68e), parfaitement servi par la troisième passe décisive de Steven Zuber.

Hargneux, présent à la récupération comme dans l’orientation, le capitaine Granit Xhaka a touché le poteau sur un missile de coup-franc (78e), mais a écopé d’un carton jaune dans la foulée pour un geste d’énervement.