Euro: Kjaer, capitaine et désormais bien davantage pour le Danemark

Le capitaine du Danemark Simon Kjaer lors du match del’Euro contre la Finlande à Copenhague, le 12 juin 2021
/ © 2021 AFP

Depuis samedi, Simon Kjaer est devenu bien davantage qu’un “simple” capitaine pour le Danemark: le défenseur a marqué les esprits par son sang-froid quand son coéquipier et ami Christian Eriksen s’est effondré en plein match de l’Euro.

“Il a un calme impérial, on l’a vu avec sa superbe réaction samedi… C’est une espèce de Beckenbauer des temps modernes, un homme avec une grande classe.” Comme tous ceux qui l’ont fréquenté, Jean-Michel Vandamme, qui l’avait recruté à Lille en 2013, confie à l’AFP ne pas avoir été surpris par la figure de proue des Vikings, opposés à la Belgique jeudi.

Quand Eriksen s’est écroulé, juste avant la pause du match de l’Euro samedi contre la Finlande, le temps s’est suspendu à Copenhague.

Pas pour Kjaer qui, depuis sa moitié de terrain, s’est précipité pour le mettre en position latérale de sécurité et dégager ses voies aériennes pour prévenir tout étouffement. Une intervention jugée décisive alors que les secouristes n’étaient pas encore à l’oeuvre.

Quand les médecins sont arrivés, il s’est écarté et s’est planté, debout, sans lâcher des yeux son partenaire inanimé. Tout en organisant ses partenairescertains en larmesen un demi-cercle compact pour protéger des regards et des objectifs l’intervention des secouristes.

“Personne n’a agi avec autant de force que Simon Kjaer (…) qui a déferlé sur le terrain avec une vitesse que son corps de 32 ans atteint rarement”, a écrit le quotidien Politiken, qualifiant le capitaine de “légende”.

Rivalité milanaise en sourdine

Pour le journal, il est apparu comme un “roc” auquel s’est raccroché le Danemark alors qu’Eriksen était entre la vie et la mort.

Le gardien Kasper Schmeichel, dont le sang froid a aussi été salué, a rendu hommage à “une personne et un capitaine fantastique”. “Je ne suis pas surpris que Simon Kjaer ait pris les devants. Il a une grande éthique et je suis fier de le considérer comme mon ami”, a-t-il souligné lundi en conférence de presse.

Quand la compagne d’Eriksen, présente dans les tribunes, a accouru, c’est encore Kjaeravec Schmeichelqui l’a enlacée et l’a rassurée: ils se connaissent, pour vivre dans la même ville, Milan, Eriksen jouant à l’Inter et Kjaer à l’AC Milan.

Cette immense frayeur a réussi l’exploit d’éteindre ces jours-ci la rivalité entre les deux clubs lombards.

L’international italien de l’Inter Milan Nicolo Barella a été parmi les premiers, samedi, à saluer Kjaer: “Au-delà des couleurs, félicitations Simon, un capitaine et un véritable homme”.

Giuseppe Marotta, administrateur délégué du club nerazzurro, a aussi pointé “l’intervention très importante” du défenseur rossonero. Et les ultras de l’Inter ont déployé une banderole pour rendre hommage à Kjaer.

A l’AC Milan, certains supporters verraient désormais bien ce cadre, apprécié pour la confiance qu’il a insufflée à une équipe jeune, prendre le brassard de capitaine.

“Garçon exemplaire”

Cette proposition n’a rien d’incongru au vu de son poids dans le vestiaire, en dépit de son peu d’ancienneté (arrivé en janvier 2020): le capitaine actuel Alessio Romagnoli n’est plus titulaire et son “vice”, Gianluigi Donnarumma, est partant. Même si évidemment il y a d’autres candidats comme le totem Zlatan Ibrahimovic, le milieu Franck Kessié ou Davide Calabria, le plus ancien.

Kjaer fait en tout cas l’unanimité à Milan, comme il avait séduit à Lille (2013-2015).

“La première chose dont je me souviens, c’est la personne. C’était un garçon exemplaire, d’une gentillesse extrême, et un vrai professionnel qui vivait à fond pour son métier. Quand on a des garçons comme ça, on ne les oublie pas”, a déclaré à l’AFP René Girard, son entraîneur au Losc.

En attendant de recueillir les applaudissements de San Siro, des supporters de l’Inter comme de Milan, reste à savoir maintenant comment le joueur Kjaer va finir l’Euro après ces intenses émotions.

Samedi, il a repris le match contre la Finlande avec ses partenaires mais est rapidement sorti, submergé par l’émotion: “Il a tenté sa chance. Mais ça n’a pas pu se faire, et c’est tout à fait compréhensible”, avait souligné le sélectionneur Kasper Hjulmand qui va encore avoir bien besoin de son défenseur jeudi contre Romelu Lukaku, le coéquipier d’Eriksen à l’Inter.