Euro: Karim Benzema, buteur réputé et longtemps répudié

Le buteur français du Real Karim Benzema contre le Séville FC en chamionnat, le 9 mars 2021 au stade Alfredo Stefano à Madrid.
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA, Antoine MAIGNAN / © 2021 AFP

Adulé en Espagne mais controversé en France: bu teur star du Real Madrid, Karim Benzema a longtemps pâti de son image de “bad boy” et de ses démêlés judiciaires qui l’ont écarté cinq ans des Bleus, champions du monde sans lui… jusqu’à son retour tonitruant pour l’Euro.

Rappelé mardi à la surprise générale par le sélectionneur Didier Deschamps pour disputer l’Euro (11 juin-11 juillet), Benzema vit une période contrastée. Sportivement, il connaît sans doute à 33 ans la meilleure période de sa carrière; mais hors des pelouses, il est toujours poursuivi pour “complicité de tentative de chantage” dans l’affaire de la “sextape” de Mathieu Valbuena, dans l’attente d’un procès en octobre.

Un talent hors normes mais une image tenace de mauvais garçon, c’est toute l’ambivalence de l’ancien joueur de Lyon, qui ne laisse personne insensible.

“Pour moi, c’est le meilleur” avant-centre français de l’histoire, jugeait récemment son entraîneur Zinédine Zidane. “Il le prouve, il joue au Real Madrid depuis très longtemps, il compte plus de 500 matches, tous les buts… Au final, son palmarès, tout ce qu’il a accompli ici parle pour lui.”

Depuis son arrivée en 2009, il a inscrit près de 300 buts pour le club espagnol. Il a aussi été sacré meilleur joueur du Championnat d’Espagne en 2020, devenant l’atout offensif majeur du Real après le départ en 2018 de la superstar Cristiano Ronaldo. Et il vient tout juste d’être sacré meilleur joueur français de l’étranger aux traditionnels Trophées UNFP en France.

Même le président de la Fédération française Noël Le Graët l’a reconnu: “Il a fait à mon avis la meilleure saison de sa carrière” en 2019-2020, avait-il convenu l’été dernier dans un entretien à RMC Sport.

C’est pourtant ce même Le Graët qui avait assuré en novembre 2019 que “l’aventure France” de Benzema était définitivement terminée, alors que l’attaquant n’était plus apparu en Bleu depuis octobre 2015 et l’éclatement de cette affaire dite de la “sextape”.

Mauvaises fréquentations

Malgré une technique léchée, un style de jeu altruiste et une armoire à trophées bien remplie (quatre championnats de France avec Lyon, trois championnats d’Espagne et quatre Ligues des champions avec le Real…), “KB9” peine à se défaire d’une image de tête brûlée, coincé entre sa collection de bolides, ses vêtements de luxe et ses mauvaises fréquentations.

Car c’est sa fidélité à son ami d’enfance du quartier populaire de Bron (banlieue de Lyon), Karim Zenati, qui lui vaut ses ennuis dans l’affaire de la “sextape”.

Depuis sa garde à vue qui avait fait l’effet d’une bombe en 2015, Benzema est soupçonné d’être impliqué dans une tentative de chantage envers son ancien coéquipier Valbuena à propos d’une vidéo à caractère sexuel.

Loin de son habituel silence médiatique et de l’image de bon père de famille rangé qu’il essaie de distiller à longueur de “stories” sur les réseaux sociaux, Benzema déchaîne les passions en France, malgré le soutien de certaines personnalités comme le comédien Jamel Debbouze.

Après avoir été écarté de l’Euro-2016 à domicile en raison de sa situation judiciaire, l’attaquant avait fustigé, dans une interview au quotidien espagnol Marca, le sélectionneur Didier Deschamps, coupable à ses yeux d’avoir “cédé sous la pression d’une partie raciste de la France”.

Cela lui vaudra les foudres de “DD” dont la résidence bretonne a été vandalisée par un tag le traitant de “raciste”. Mais un autre loup solitaire du football français, Eric Cantona, apportera son soutien à Benzema, empêtré dans le pire scandale extra-sportif d’une carrière déjà émaillée de sorties de route.

Zidane, son “grand frère”

Auparavant, avec Franck Ribéry, l’attaquant formé à Lyon avait été associé à “l’affaire Zahia”. Renvoyé devant le tribunal correctionnel pour “sollicitation de prostituée mineure”, il a toutefois été relaxé en janvier 2014, comme Ribéry.

En juillet 2014, son agent d’alors, Karim Djaziri, accompagné de Zenati, avait été accusé par le quotidien L’Equipe d’avoir “agressé” certains de ses journalistes à Ribeirao Preto, camp de base des Bleus au Mondial au Brésil.

Cela n’a pas empêché l’avant-centre de faire son nid en Espagne, au sein de l’exigeant Real, et de mûrir grâce à Zidane, qu’il a souvent qualifié de “grand frère” et qui l’a toujours défendu.

Jusqu’à s’interroger, fin mars: “Comment comprendre qu’il n’aille pas en sélection ?” Deux mois plus tard, le “bad boy” des Bleus est de retour, avec une nouvelle histoire à écrire.