Euro: Giroud n’a “aucun état d’âme” après le retour de Benzema

Les attaquants Olivier Giroud (g) et Karim Benzema lors d’un entraînement à Clairefontaine, le 1er juin 2021
/ © 2021 AFP

Olivier Giroud n’a “aucun état d’âme, aucun ressentiment” après le retour en équipe de France de Karim Benzema pour l’Euro, a affirmé dimanche l’attaquant des Bleus, prêt à “inviter” son partenaire sur un circuit de karting si les Bleus gagnent l’Euro.

“C’est normal que les médias soient enthousiastes quant au retour de Karim, qui est une arme supplémentaire pour l’équipe. C’est le jeu”, a évacué Giroud, 34 ans, lors d’une visio-conférence de presse depuis Clairefontaine (Yvelines). “Je suis à fond derrière l’équipe de France donc je n’ai aucun état d’âme, aucun ressentiment, aucune rancune, je suis en paix et je profite de chaque instant”.

Invité à réagir à une petite phrase prononcée par Benzema, son concurrent au poste d’avant-centre qui avait refusé de “comparer la F1 (lui-même) et le karting (Giroud)” il y a quelques mois, le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus (44 buts) a préféré sourire.

“On n’a pas eu l’occasion d’en discuter, cela arrivera peut-être. C’est encore quelque chose qui me fait sourire aujourd’hui. Je répète que je n’ai aucun problème, aucune rancune, par rapport à cela. Cela me fera plaisir de profiter avec lui si on gagne l’Euro. Je l’inviterai sur un circuit de kart et on se tirera la bourre au kart, voilà!”, a souri le joueur de Chelsea, avouant avoir toujours comme “objectif” d’être titulaire malgré le retour de l’attaquant-star et imaginant sans problème être associé au joueur du Real Madrid, qui a “des qualités différentes qui peuvent être complémentaires”.

Très détendu et blagueur depuis le centre d’entraînement des Bleus, le récent vainqueur de la Ligue des champions a même terminé son apparition devant les médias en citant la Bible. “C’est dans le calme et la confiance que sera ta force. Esaïe, 30.15. Je m’arrêterai là-dessus…”, a-t-il conclu, après avoir expliqué que sa foi l’avait aidé à “positiver, avancer, savoir pardonner aussi”, sans citer explicitement Benzema.