Euro-Espoirs: Ripoll veut des Bleuets “présents dès la première minute”

Le sélectionneur de l’équipe de France, Sylvain Ripoll, lors du match de l’Euro-Espoirs contre le Danemark, le 25 mars 2021 à Szombathely (Hongrie)
/ © 2021 AFP

Satisfait d’une victoire “relativement tranquille” contre l’Islande mercredi, le sélectionneur de l’équipe de France Espoirs Sylvain Ripoll s’est déjà projeté vers le quart de finale face aux Pays-Bas le 31 mai et a rappelé qu’il faudrait “être présents dès la première minute”.

Q: Vous terminez cette première phase avec un match plutôt maîtrisé…

R: “Oui, globalement on n’a pas tremblé. L’entame de match a été un peu poussive quand même, on a eu du mal à enclencher les choses, sur un terrain aussi très difficile. Ensuite, le fait de marquer rapidement nous a permis de nous libérer, d’être plus sereins. On a retrouvé du rythme dans la circulation et on a réussi à se créer quelques brèches. Et on a été efficaces puisqu’on a marqué sur deux de ces occasions. Ensuite, ça nous a donné un match où on a été relativement tranquilles. Mais on n’a pas su marquer le troisième et dans un match qui reste instable, avec un adversaire qui ne renonce pas, on n’est jamais à l’abri d’un truc bizarre. Mais globalement, c’est la satisfaction de la qualification qui prédomine, surtout vu la façon dont on a commencé le tournoi (défaite 1-0 contre le Danemark, NDLR).”

Q: Quel est le bilan de cette première phase ?

R: “Le premier bilan, on l’a déjà tiré tous ensemble avec les joueurs. C’est que pour être à ce niveau, on doit être au taquet, dans une intensité maximale. Parce que des qualités, il y en a partout et le plateau final va en regorger. On ne peut pas être en retrait. On a eu une réaction forte après le premier match, on a su rectifier le tir, mais on se met dans des situations difficiles. Il faudra être présents dès la première minute, et là on pourra mettre nos qualités en valeur.”

Q: Le quart de finale est dans deux mois. Comment allez-vous préparer une échéance si lointaine ?

R: “On va garder le contact avec le groupe, surveiller leur fin de saison, garder du lien. C’est aussi ça la sélection. On va aussi avoir beaucoup de temps pour préparer notre adversaire, le superviser, l’analyser. Mais ça sera la fin de saison, il va falloir surveiller les états de forme des uns et des autres. On sait qu’il reste deux mois de compétition, il peut se passer plein de choses. On va essayer de récupérer un groupe le plus frais possible, dans la tête aussi, un groupe disponible et désireux d’aller au-delà des quarts.”

Propos recueillis en conférence de presse