Euro Espoirs: Les Bleuets tombent de haut

L’espoir français Romain Faivre peine à passer le défenseur danois Andreas Poulsen lors du revers des Bleuets à Szombathely, en Hongrie, le 25 mars 2021

Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Plus dure est la chute: arrivée en Hongrie avec le statut de terreur, forte de joueurs qui évoluent déjà dans les meilleurs clubs européens et dont certains connaissent déjà la sélection A, l’équipe de France Espoirs a complètement raté son entrée dans l’Euro avec une défaite 1-0 contre le Danemark jeudi à Szombathely.

Le préposé à la sono du stade Haladas n’avait peut-être pas prévu le succès danois, alors au coup de sifflet final il a fait résonner le fameux “Levez les mains en l’air” de Magic System, qui aurait été mieux adapté à une victoire bleue. Finalement, pas de mains en l’air pour les Bleuets, mais la tête basse.

Avec ses joueurs venus de Midtjylland, Copenhague ou Brondby, le groupe danois n’a pourtant pas forcément la même allure que l’effectif “Ligue des Champions” emmené en Hongrie par Sylvain Ripoll.

Mais le sélectionneur des Bleuets se méfiait de cette équipe sortie invaincue et première de sa poule, et qui avait battu la France il y a deux ans lors d’un match amical à Brest, 1-0 déjà.

Il avait raison. Les Danois ont livré une féroce bataille et ont frappé sur leur première véritable occasion, à la 75e minute, par Dreyer après un crochet sur Lafont. La passe en diagonale du N.10 Brunn Larsen était superbe et Badiashile n’a pas vu dans son dos l’appel impeccable du milieu droit danois

Côté français, la qualité des présents avait fait oublier celle des absents, le capitaine Reine-Adelaïde, dont le maillot a été accroché dans le vestiaire, Aouar ou Diaby, trois éléments offensifs et créatifs. C’est ce profil qui a peut-être manqué aux hommes de Ripoll jeudi.

Après un début de match très équilibré, les Bleuets ont longtemps rebondi sur les deux murs bâtis par les Danois, bien organisés et très costauds, à l’image du tonitruant N.6 Nartey, impitoyable dès qu’un Français s’approchait de sa zone et enhardi par un arbitrage pas particulièrement sévère.

Malgré le banc

Guendouzi et les siens ont alors tenté d’ébranler le bloc danois en multipliant les passes, mais n’ont pas trouvé de brèche. A l’approche de la pause, tout de même, les Français ont vraiment pris le contrôle du match et Gouiri a commencé à dénicher quelques espaces à gauche.

A la 39e minute, le Niçois a ainsi débordé et longé la ligne de but, est parvenu à lever son ballon mais n’a trouvé que le poteau pour le seul vrai frisson de la première période.

Ripoll avait invité ses joueurs à être “au taquet tout de suite”, mais la densité danoise ne les y a pas autorisés et dans le silence du huis clos, on a beaucoup entendu les Bleuets s’inviter à la “patience” et à rester “en place”.

Le banc français, très riche, aurait aussi pu faire la différence, avec les entrées de Tchouaméni, Ikoné et Kolo Muani, juste après une bonne frappe de Kamara (60e).

Un rush d’Ikoné, à l’entrée dynamique, puis un autre de l’attaquant nantais ont pu faire penser que le match allait tourner dans le bon sens. L’impression était renforcée par la bonne frappe de Gouiri à la 74e minute, qui obligeait le gardien danois Christensen à son premier arrêt du match.

C’était juste avant que Dreyer frappe et mette déjà les Bleuets en difficulté. Avec deux qualifiés par groupe pour la phase finale du mois de juin, il n’y a pas encore péril en la demeure. Mais le prochain adversaire des Français, la Russie, a gagné son premier match 4-1 contre l’Islande. Les Espoirs sont sortis de route contre les Danois, mais ils ne sont pas encore sortis du tournoi.