Euro: but éclair, mental italien… tops et flops de la finale

La joie du sélectionneur Roberto Mancini et de ses joueurs, champions d’Europe après avoir battu l’Angleterre aux tirs au but (1-1, 3-2 t.a.b.) en finale de l’Euro 2020, le 11 juillet 2021 au stade de Wembley à Londres
Par Frédéric HAPPE, avec Adrien VICENTE à Paris / © 2021 AFP

Côté pile, le but-éclair anglais ou le mental italien; côté face, des débordements autour de Wembley ou les choix de Gareth Southgate… Les tops et flops de la finale de l’Euro, remportée par l’Italie (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) dimanche.

Tops

. Messieurs les Anglais, tirez les premiers!

But éclair! En ouvrant le score après une minute et 57 secondes de jeu, l’Anglais Luke Shaw a fait tomber un record: celui du but le plus rapide inscrit en finale du Championnat d’Europe.

Ce record de précocité relevait jusque-là de l’histoire ancienne, avec des protagonistes disparus. Son détenteur, feu l’attaquant Jesus Maria “Chus” Pereda, qui avait ouvert le score pour l’Espagne au bout de 5 minutes 17 en finale de l’édition 1964… et sa victime, l’URSS, battue 2-1 par la “Furia” espagnole.

. L’Italie au mental

Batailleurs! Les Italiens, éteints en première période, ont su ressusciter leur jeu créatif et offensif au retour des vestiaires, pour déjouer une défense anglaise toute en confiance.

Menés au score, ce sont Lorenzo Insigne, plein d’engagement, et surtout Federico Chiesa, à l’origine de plusieurs occasions, qui ont incarné la volonté italienne de tenir bon.

Et c’est le grognard Leonardo Bonucci, à l’expérience, qui a fait craquer l’impénétrable +catenaccio+ anglais (57e), d’un plat du pied de renard.

Il fallait voir le vétéran de la Juventus Turin laisser éclater sa joie en grimpant sur les panneaux publicitaires devant les tifosi italiens pour mesurer les années de frustration évacuées dans cette réalisation, lui qui a connu toutes les désillusions de la décennie avec la Nazionale.

Le capitaine Chiellini s’est lui montré impeccable et roublard, comme avec une faute opportuniste (sanctionnée d’un carton jaune), un tirage de maillot pour empêcher Saka de partir seul au but.

Et le gardien Gianluigi Donnarumma a parachevé la victoire mentale, en permettant aux Azzurri de renverser la vapeur aux tirs au but.

. Le suspense roi

Anglais et Italiens sont allés en prolongation… la huitième de cet Euro, sur 15 matches à élimination directe.

La séance de tirs au but était elle la quatrième de cette édition.

Dans les deux cas, les Italiens avaient l’habitude de l’exercice: ils ont disputé là leur troisième prolongation et leur deuxième séance de tirs au but. L’Angleterre, elle, n’avait disputé qu’une prolongation en demi-finale contre le Danemark.

L’inexpérience lui aura été fatale.

Flops

. “No limit” à Wembley

L’Angleterre rêvait d’un titre depuis 55 ans… peut-être un peu trop. L’avant-match à Wembley a été, comme attendu, émaillé de manifestations excessives de fans anglais, certains visiblement éméchés, au mépris des précautions sanitaires et de sécurité: verre brisé, jets de pierres… Et dans le stade, hymne et joueurs italiens ont été copieusement hués.

Mais surtout, l’ambiance “no limit” a débordé par endroits le dispositif de sécurité entourant le stade. Des supporters ont forcé des barrages menant au périmètre rapproché du stade, obligeant à l’intervention de la police. Certains ont réussi à pénétrer dans le stade sans billet, ont annoncé la police et la société gestionnaire du stade.

. Southgate, coaching perdant

Avant le coup d’envoi, le sélectionneur anglais Gareth Southgate surprend en alignant, dans l’entrejeu de son schéma en 3-4-3, deux défenseurs latéraux de métier: Kieran Trippier à droite, Luke Shaw à gauche.

Au bout de deux minutes, c’est un apparent coup de génie: Shaw initie la toute première action anglaise. Trippier monte, obtient le ballon et délivre un centre au cordeau pour… Shaw, qui marque d’une splendide demi-volée.

Mais après l’égalisation italienne, Southgate choisit de remplacer Trippier par Bukayo Saka… sans aucun effet sur l’attaque des Three Lions.

Il attend la toute fin de la prolongation pour faire entrer les jeunes buteurs Marcus Rashford et Jadon Sancho. Rashford, Sancho et Saka, les trois tireurs qui lui font perdre la séance de tirs au but.

. Kane, dans l’oeil du cyclone

Malgré son tir au but réussi (en vain), le capitaine anglais Harry Kane a été un grand absent de la finale, concluant avec une défaite un Euro mi-figue mi-raisin.

Certes, il aspire la défense italienne et déblaie le terrain pour l’ouverture du score de Shaw. Mais le buteur-star des Three Lions, trop bas pour se montrer dangereux, manque l’occasion d’être le héros de cette finale… et aussi de rejoindre Cristiano Ronaldo et Patrik Schick comme co-meilleur buteur de l’Euro. “The Hurricane” reste bloqué à 4 buts, à une unité du Portugais et du Tchèque.