Euro – Angleterre: Kane ressort ses griffes

L’attaquant anglais Harry Kane célèbre le troisième but de son équipe lors du quart de finale de l’EURO 2020 face à l’Ukraine au stade olympique de Rome, le 3 juillet 2021
/ © 2021 AFP

Buteur contre l’Allemagne en huitième, le capitaine anglais Harry Kane a inscrit un doublé contre l’Ukraine (4-0) en quart de finale de l’Euro, faisant taire ses critiques, au sein d’une attaque anglaise de plus en plus performante.

Raheem Sterling se sent un peu moins seul, lui qui avait inscrit les 3 premiers buts de l’Angleterre dans ce tournoi.

Après un premier tour où il avait semblé emprunté à la fois dans son placement et dans ses interventions, Harry Kane est venu prendre le relais et l’a rejoint en tête des meilleurs réalisateurs anglais, à deux unités des meilleurs buteurs Cristiano Ronaldo et Patrik Schick, tous deux éliminés.

Kane avait retrouvé le chemin des filets pour sceller une victoire historique sur la Mannschaft, de la tête, à la 86e minute, mardi (2-0).

Contre l’Ukraine, il y est allé d’un doublé, ouvrant le score d’un tacle rageur après une merveilleuse passe dans l’intervalle de Sterling (1-0 4e) et il a ôté tout suspense au match en reprenant de la tête un centre parfait de Luke Shaw pour le 3-0 à la 50e minute.

La soirée aurait été parfaite si sa volée à la 62e, qui aurait assurément été l’un des buts du tournoi si Georgiy Bushchan n’avait pas réussi à la détourner du bouts de doigts, avait trouvé la lucarne.

“En tant qu’attaquant, parfois le ballon arrive et d’autres fois non”, a déclaré l’attaquant de Tottenham après la rencontre. “Cette fois j’ai réussi à marquer rapidement et à mettre un deuxième. J’ai failli réussir un triplé, mais (quand ça ne sourit pas), être attaquant, c’est être prêt pour l’occasion suivante”.

La confiance totale de Southgate

Il y avait pourtant des experts, comme l’ancien joueur de Liverpool, Jamie Carragher, dans sa chronique dans le Telegraph, ou l’ancien international irlandais Ronnie Whelan, lui aussi un ancien Red, qui avaient conseillé à Gareth Southgate de ne pas l’aligner pour le dernier match de poule contre la République Tchèque.

Des appels qui avaient laissé totalement de marbre Southgate qui a fait de sa confiance totale dans certains joueurs la pierre angulaire de son management.

“C’est le destin des grands joueurs (d’être souvent critiqués). Il y a déjà été confronté trois ou quatre fois par le passé et s’en est toujours sorti en marquant des buts importants”, avait-il rétorqué avant le dernier match de poule.

“En tant que star de l’équipe, il est la cible de beaucoup plus d’attention et subit beaucoup plus de pression. Mais je pense avoir une bonne compréhension de ces situations pour avoir joué avec de grands joueurs et j’espère que ça m’aide pour le conseiller”, avait-il ajouté.

Ses coéquipiers avaient aussi témoigné de leur confiance entière.

“+H+, il travaille tellement dur pour l’équipe et les gens ne se rendent peut-être pas compte de tout ce qu’il fait sans le ballon”, avait avancé le latéral Kieran Trippier.

“Je crois en Harry”

“Mais je crois en Harry et je sais qu’il va marquer des buts (…) les occasions vont venir et il marquera des buts”, avait-il prophétisé.

Ce regain de forme correspond aussi à un petit changement dans ses déplacements, car on l’a un peu moins vu redescendre participer à la construction des actions au milieu de terrain.

Un domaine dans lequel il excelle en club, avec Tottenham, et qui fait qu’il avait non seulement fini meilleur buteur (23 réalisations) et meilleur passeur (14 passes décisives) en championnat.

Mais avec les Three Lions, il doit se focaliser davantage sur sa présence devant le but et le jeu en pivot dos à la cage.

C’est ce qu’il avait fait lors de l’ouverture du score contre l’Allemagne, où il avait remisé un ballon donné par Sterling en retrait vers Jack Grealish au début de l’action.

Son entente avec Sterlingqui pourrait préfigurer ce qu’on verra en Premier League la saison prochaine si son transfert à Manchester City se concrétises’affine encore et avec 37 buts en 59 sélections, il fait déjà partie des joueurs qui auront marqué l’histoire de la sélection anglaise.