Euro-2022: tirage plutôt clément pour les Bleues, qui visent loin

Les groupes à l’Euro-2022 féminin, après le tirage au sort effectué jeudi à Manchester
Par Frédéric HAPPE / © 2021 AFP

L’équipe de France féminine de football a hérité d’un groupe plutôt clément avec l’Italie, la Belgique et l’Islande lors du tirage au sort de l’Euro-2022 en Angleterre (6-31 juillet), effectué jeudi à Manchester, et où elle visera “au moins la finale”, selon la sélectionneuse Corinne Diacre.

Les Françaises, placées dans le groupe D, évitent notamment les vice-championnes olympiques suédoises, qui se retrouvent avec les tenantes du titre Néerlandaises dans le groupe Ccelui qui déterminera l’adversaire des Bleues dans un éventuel quart de finale.

Elles auraient aussi pu hériter de l’Espagne, outsider sérieux de la compétition, placée dans un groupe B relevé avec l’Allemagne, le Danemark et la Finlande, ou la Norvège qui défiera l’Angleterre dans le groupe A, accompagnée de l’Autriche et de l’Irlande du nord, le Petit Poucet de la compétition.

“On n’a pas à être content ou être mécontent de ce tirage”, a pourtant tout de suite tempéré Corinne Diacre, interrogée par l’AFP.

“Aujourd’hui, l’avantage c’est qu’on connaît nos futures adversaires et ça, pour nous, entraîneurs et le staff, c’est important, ça va nous permettre de nous projeter sur nos observations surtout”, a-t-elle souligné.

Franchir “la +barrière des quarts”

La France entrera dans la compétition le 10 juillet contre l’Italie (21h00), une nation montante, quart de finaliste du dernier Mondial et qui fait figure d’adversaire le plus sérieux.

Elle affrontera ensuite la Belgique, première de son groupe de qualifications, mais qui n’a jamais passé la phase de groupes à l’Euro, le 14 juillet (21h00), avant de terminer contre l’Islande, qui a atteint les quarts en 1995 et 2014, le 18 juillet (21h00). Un adversaire que la France avait battu en poules 1-0 lors du dernier Euro.

Il faudra finir dans les deux premiers pour passer en quarts, mais les Bleues, éliminées à ce stade de la compétition lors des trois dernières éditions, comme lors de leur Mondial à la maison en 2019, visent plus loin.

“Cette +barrière+ des quarts de finale, il faut qu’on l’occulte. Nous, notre objectif c’est clairement, avec cette équipe et ce groupe (de joueuses), d’aller au moins en finale. Et on va se donner les moyens pour y arriver”, a promis la sélectionneuse.

Rajeunie et invaincue depuis avril, l’équipe de Corinne Diacre reste sur deux larges succès en qualifications pour le Mondial-2023, le premier à domicile contre l’Estonie (11-0) le 22 octobre, le second mardi au Kazakhstan (5-0).

Mais la montée en puissance du football féminin ces dernières années fait que la compétition semble très ouverte.

Pléthore de prétendantes

Chez elle, l’Angleterre cherchera à marquer son territoire dès l’ouverture de la compétition, contre l’Autriche, demi-finaliste en 2017, le 6 juillet à Old Trafford. Les organisateurs espèrent bien battre à cette occasion le record de spectateurs pour un match de l’Euro, actuellement de 41.300.

Les tenantes du titre néerlandaises, emmenées par la Barcelonaise Lieke Martens et la Gunner Vivianne Miedema, la Suède, l’inoxydable Allemagne, huit fois titrée, et l’Espagne, forte de plusieurs Barcelonaises sacrées championnes d’Europe en club cette année, peuvent aussi nourrir des ambitions légitimes.

“Nous pensons que ce tournoi, ici en Angleterre, sera le plus bel Euro auquel on a jamais participé, aussi bien sur le plan sportif que des spectateurs, des médias… Mais on a mérité tout ça et on s’en réjouit”, a commenté la sélectionneuse allemande Martina Voss-Tecklenburg, en zone mixte.

Les 31 matches de cet Euro se dérouleront dans dix stades allant de la petite enceinte des féminines et des U21 de Manchester City (moins de 5.000 places) au mythique Wembley, près de 90.000 places et hôte de la finale.

Initialement prévu en 2021, l’Euro féminin a été reprogrammé après le report d’un an de l’Euro masculin en raison de la pandémie, afin que les deux compétitions n’aient pas lieu la même année.