Le NorvĂ©gien Joshua King Ă©galise en toute fin de match face Ă  l’Espagne en qualifications Ă  l’Euro-2020, le 12 octobre 2019 Ă  Oslo
/ © 2019 AFP

L’Espagne manque l’occasion: rejointe en Norvège sur un penalty concĂ©dĂ© in extremis (1-1), la “Roja” a ratĂ© l’opportunitĂ© d’assurer dès samedi sa qualification pour l’Euro-2020, qu’elle aura une nouvelle chance de dĂ©crocher dès mardi en Suède.

A Oslo, la demi-volĂ©e de Saul (47e) aurait pu qualifier les Espagnols pour leur septième phase finale consĂ©cutive dans cette compĂ©tition, qu’ils ont remportĂ©e trois fois (1964, 2008, 2012), Mais la sortie hasardeuse du gardien Kepa Arrizabalaga, poing vers l’avant, a coĂ»tĂ© un penalty dans le temps additionnel, transformĂ© par Joshua King pour l’Ă©galisation scandinave (90e+4).

“Je suis un peu triste parce que c’Ă©tait important de nous qualifier dès Ă  prĂ©sent pour ĂŞtre un peu plus tranquilles”, a dĂ©plorĂ© le capitaine espagnol Sergio Ramos, devenu samedi le joueur espagnol comptant le plus de sĂ©lections (168) en amĂ©liorant le record qu’il co-dĂ©tenait jusque-lĂ  avec son ancien Ă©quipier Iker Casillas (167).

“J’aurais volontiers troquĂ© ce 168e match contre une victoire. Cela n’a pas Ă©tĂ© le cas. Mais ce record est une belle rĂ©compense”, a ajoutĂ© le dĂ©fenseur au micro de la tĂ©lĂ©vision publique espagnole.

Avec 19 points dans le groupe F, la “Roja” reste en excellente position pour finir Ă  l’une des deux premières places, ayant distancĂ© la Suède (2e, 14 pts) et la Roumanie (3e, 13 pts).

Ce nul concĂ©dĂ© sur le fil est nĂ©anmoins rageant pour le nouveau sĂ©lectionneur Robert Moreno alors que l’Espagne Ă©tait toute proche d’enchaĂ®ner un septième succès en autant de journĂ©es dans ces Ă©liminatoires.

L’Espagne poussĂ©e Ă  la faute

MalgrĂ© ce match mitigĂ©, le bilan reste positif pour le jeune technicien catalan (42 ans), nommĂ© au pied levĂ© en juin après le dĂ©part de Luis Enrique, endeuillĂ© par le dĂ©cès de l’une de ses filles: Moreno n’a toujours pas perdu le moindre match sur le banc espagnol.

Et il a rĂ©ussi Ă  injecter du sang neuf dans une Ă©quipe jugĂ©e dĂ©clinante ces dernières annĂ©es après avoir connu son âge d’or avec un triplĂ© historique Euro-Mondial-Euro entre 2008 et 2012.

De cette époque, il ne reste que quelques grands noms, comme le milieu défensif Sergio Busquets ou le défenseur et capitaine Sergio Ramos.

Pour le reste, les jeunes ont pris le pouvoir, Ă  l’image du milieu polyvalent Saul (24 ans): d’une demi-volĂ©e depuis l’extĂ©rieur de la surface (47e), le joueur de l’AtlĂ©tico Madrid a dĂ©bloquĂ© un match intense oĂą l’Espagne Ă©tait bousculĂ©e par la Norvège.

Quant au milieu offensif Fabian Ruiz (23 ans), il a expĂ©diĂ© deux tirs sur les montants (67e et 89e) qui auraient pu sceller la victoire et la qualification de son Ă©quipe…

Reste que les petits gabarits espagnols ont souffert en fin de match face au dĂ©fi physique imposĂ© par les NorvĂ©giens, qui ont poussĂ© la “Roja” Ă  la faute.

Ramos a Ă©copĂ© d’un carton jaune qui le privera du dĂ©placement en Suède pour cause d’accumulation d’avertissements; et Kepa, jusque-lĂ  vigilant (39e), s’est trouĂ© au pire moment, relançant sa concurrence avec David de Gea.

Partie remise donc, Ă  condition de ne pas flancher mardi contre la Suède…