La joie de Christian Benteke et Yari Verschaeren après un but dans la large victoire de la Belgique sur saint-Marin à Bruxelles, le 10 octobre 2020
Par Damien GAUDISSART / © 2019 AFP

Battre Saint-Marin 9 Ă  0 ? Une mise en bouche. La Belgique, qui a validĂ© jeudi sa qualification pour l’Euro-2020, a dĂ©sormais huit mois pour se prĂ©parer au plat de rĂ©sistance qui a, jusque-lĂ , toujours laissĂ© un goĂ»t amer Ă  sa gĂ©nĂ©ration dorĂ©e.

“La prochaine Ă©tape, c’est de terminer premiers du groupe”, a estimĂ© le sĂ©lectionneur espagnol des Diables rouges, Roberto Martinez Ă  l’issue du match.

S’il revendique une approche très graduelle, Martinez devrait toutefois mettre Ă  profit les trois derniers matches des Ă©liminatoiresau Kazakhstan et en Russie, puis contre Chyprepour rĂ´der la machine belge en vue du tableau final (12 juin-12 juillet).

Exempte de gros ratĂ©s contre les très modestes Saint-Marinais, elle a malgrĂ© tout semblĂ© vulnĂ©rable Ă  d’Ă©ventuels grains de sable.

D’abord sur le plan physique. Les Diables rouges ont enregistrĂ© une pluie de forfaits Ă  mesure que le match approchait.

BĂ©nigne contre la dernière nation mondiale, l’absence de piliers comme Kevin De Bruyne ou Vincent Kompany, tous deux blessĂ©s, pourrait ĂŞtre prĂ©judiciable l’Ă©tĂ© prochain.

Martinez a profitĂ© de la faiblesse de l’opposition jeudi soir pour expĂ©rimenter des alternatives, comme le latĂ©ral Timothy Castagne (Bergame), et les milieux Hans Vanaken (FC Bruges) et Yari Verschaeren (Anderlecht).

Des choix qui se sont avérés fructueux, puisque Verschaeren a inscrit le 8e but, sur penalty, et Castagne le dernier.

Le roulement devrait aussi ĂŞtre de mise dimanche au Kazakhstan, puisque le sĂ©lectionneur a annoncĂ© que Romelu Lukaku et Youri Tielemans, buteurs jeudi, ainsi que Leander Dendoncker, n’effectueraient pas le long dĂ©placement.

Mais il y a plus préoccupant que les blessures: malgré le score sans appel, les Belges ont mis du temps à trouver la faille.

Dès l’entame du match, les Diables rouges se sont ruĂ©s vers la cage de Saint-Marin et ont multipliĂ© les centres et les tirs dangereux. La finition n’a pas Ă©tĂ© au rendez-vous, du moins jusqu’Ă  la 28e minute.

Records en vue

A l’heure du premier bilan de la campagne belge pour l’Euro-2020, c’est Ă©videmment la satisfaction qui prĂ©vaut.

Qualifiés à trois journées de la fin des qualificationset première nation européenne à avoir composter son billet

, les Belges ont récolté le maximum de points (21 en sept matches) et sont en bonne voie pour battre leur record de 28 unités sur 30 possibles.

Dans un groupe dĂ©nuĂ© de cadors, la Belgique n’a encaissĂ© qu’un but (en mars face Ă  la Russie) et s’est toujours imposĂ©e avec au moins deux buts d’Ă©cart.

Auteur de six buts depuis le dĂ©but des qualifications, Romelu Lukaku a renforcĂ© son statut d’artificier attitrĂ© des Diables rouges et se rapproche du record de Nico Claesen, auteur de sept rĂ©alisations lors des Ă©liminatoires de l’Euro-1988.

LĂ  oĂą Roberto Martinez vante un groupe “plus fort” qu’Ă  la Coupe du Monde 2018, ce dernier est surtout très stable.

En dehors de Marouane Fellaini, qui a annoncé sa retraite internationale au mois de mars, la sélection est quasiment identique à celle qui a atteint les demi-finales en Russie, autour de ses stars Eden Hazard, De Bruyne et Thibaut Courtois, entre autres.

Plus mature, dotĂ©e de joueurs talentueux Ă  tous les postes, la Belgique est-elle prĂŞte Ă  dĂ©crocher le Graal Ă  l’Euro-2020?

“Elle peut certainement gagner. Ils sont très forts”, a estimĂ© le sĂ©lectionneur de Saint-Marin Franco Varrella jeudi soir.

Pour Roberto Martinez, “ce groupe a envie de rĂ©ussir”, mais ce qui fera la diffĂ©rence “c’est la manière d’affronter l’adversitĂ©”.

Avec un effectif similaire, les Belges avaient abordĂ© l’Euro-2016 avec beaucoup de confiance, mais ils avaient Ă©tĂ© sortis piteusement, corrigĂ©s 3-1 par des Gallois novices Ă  ce niveau.