Le dĂ©putĂ© Jean-Luc MĂ©lenchon (LFI) en compagnie d’autres parlementaires, lors de la manifestation en soutien aux Kurdes de Syrie, samedi Ă  Paris
/ © 2019 AFP

Plusieurs responsables politiques ont rĂ©clamĂ© l’annulation lundi soir du match France-Turquie qualificatif Ă  l’Euro-2020 après le salut militaire des joueurs turcs lors d’un prĂ©cĂ©dent match, alors qu’Ankara mène une offensive contre des positions kurdes dans le nord-est de la Syrie.

A l’image du patron du Parti socialiste, Olivier Faure, plusieurs Ă©lus Ă©voquent “Ă  la fois une question de dĂ©cence, de solidaritĂ© et de bon sens pour garantir l’ordre public” dans un contexte diplomatique tendu qui a conduit le ministre français des Affaires Ă©trangères Jean-Yves Le Drian Ă  annuler sa prĂ©sence au Stade de France.

Au sein de la FĂ©dĂ©ration française de football, on laisse toutefois entendre qu’il n’a jamais Ă©tĂ© question d’annuler ce match et que la dĂ©cision relève de l’UEFA, l’instance dirigeante du football en Europe. Les autoritĂ©s françaises peuvent cependant faire la demande d’une annulation ou d’un report du match si elles estiment que le risque de trouble Ă  l’ordre public est trop important.

De nombreuses personnalitĂ©s politiques, de tous bords politiques, plaident depuis dimanche pour un tel scĂ©nario sous le hashtag #AnnulationMatchFranceTurquie, devenu l’un des sujets les plus populaires sur Twitter. Plusieurs d’entre elles dĂ©noncent le “massacre de nos alliĂ©s kurdes” par l’armĂ©e turque et pointent du doigt le salut militaire effectuĂ© vendredi par les joueurs turcs pour fĂŞter le but de leur victoire contre l’Albanie en Ă©liminatoires pour l’Euro-2020.

“Si les footballeurs turcs font des saluts militaires, ils doivent s’attendre Ă  ĂŞtre traitĂ©s comme les militaires d’une armĂ©e ennemie. On ne joue donc pas au foot contre eux. La base de l’esprit sportif n’est plus lĂ !”, estime Jean-Luc MĂ©lenchon, chef de file de La France insoumise.

“Impensable”

Marine Le Pen, prĂ©sidente du Rassemblement national, est aussi favorable Ă  une annulation: “En servant de relai Ă  la propagande d’Erdogan, dont les actions en Syrie prĂ©occupent la communautĂ© internationale, l’équipe de football turque a bafouĂ© les valeurs du sport. Il est temps que l’UEFA sanctionne cette dĂ©rive politique de la fĂ©dĂ©ration de football turque!”.

“Impensable que des joueurs turcs fassent le salut militaire sur notre sol, ou que la Marseillaise soit encore sifflĂ©e ce soir”, insiste l’eurodĂ©putĂ© et vice-prĂ©sident du RN Jordan Bardella, alors que des supporters turcs l’avaient pour partie sifflĂ©e en juin Ă  Konya lors du match aller.

Le prĂ©sident de l’UDI Jean-Christophe Lagarde, par ailleurs prĂ©sident du groupe d’études sur les Kurdes Ă  l’AssemblĂ©e nationale, s’Ă©tait opposĂ© dès dimanche soir Ă  ce que “ceux qui saluent le massacre de nos alliĂ©s Kurdes” soient accueillis au Stade de France.

Chez Les RĂ©publicains, le dĂ©putĂ© Eric Ciotti a appelĂ© sur LCI le ministre de l’IntĂ©rieur Christophe Castaner Ă  “suspendre” ce match, “pour des raisons de sĂ©curitĂ©”, alors que de nombreux supporters turcs sont attendus au Stade de France.

“Kurdes tuĂ©s, djihadistes Ă©vadĂ©s. Si la France avait Ă©tĂ© Ă  la hauteur en prenant une initiative forte pour contraindre Erdogan Ă  retirer ses troupes de Syrie, alors c’est la Turquie qui aurait demandĂ© l’annulation du match”, commente de son cĂ´tĂ© le secrĂ©taire national du Parti communiste Fabien Roussel.

Les ministres turcs des Sports et de la Justice, ainsi que l’ambassadeur Ă  Paris, devraient, eux, assister au match, selon une source diplomatique turque.

Philip Townsend, chef de presse de l’UEFA, a fait savoir dimanche que la confĂ©dĂ©ration europĂ©enne de football allait “examiner” le salut militaire des joueurs turcs, en rappelant que le règlement “interdit les rĂ©fĂ©rences Ă  la politique et Ă  la religion”.

Le dĂ©clenchement mercredi par le prĂ©sident turc Recep Tayyip Erdogan d’une opĂ©ration militaire dans le nord de la Syrie contre des forces kurdes, qualifiĂ©es de terroristes par Ankara mais partenaires de longue date des Occidentaux dans la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique (EI), a dĂ©clenchĂ© un tollĂ© international.