L’attaquant français Antoine Griezmann buteur lors du match de qualification Ă  l’Euro 2020 face Ă  l’Albanie, Ă  Tirana, le 17 novembre 2019
Par Alexis HONTANG / © 2019 AFP

MalgrĂ© l’issue des Ă©liminatoires pour l’Euro-2020 mardi, il faut attendre jusqu’en mars pour que le plateau soit complet. D’ici lĂ , deux certitudes: les cadors seront lĂ , et la France, championne du monde mais nullement protĂ©gĂ©e au tirage le 30 novembre, peut hĂ©riter d’une poule difficile.

Trois pour le dernier fauteuil

La Hongrie, le pays de Galles et la Slovaquie se disputent mardi soir le 20e et dernier billet pour l’Euro-2020 distribuĂ© via les traditionnelles qualifications.

Le “Dragon” Gareth Bale a besoin d’un succès face aux Magyars pour rejoindre les autres stars du continent, Cristiano Ronaldo (Portugal), Antoine Griezmann (France) ou Eden Hazard (Belgique), dĂ©jĂ  qualifiĂ©s avec leurs sĂ©lections respectives.

Alors que les Pays-Bas avaient Ă©tĂ© absents en 2016, tous les grands d’Europe seront au rendez-vous de cette Ă©dition historique, organisĂ©e dans douze villes de douze pays, qui doit cĂ©lĂ©brer les 60 ans de la compĂ©tition, de l’Allemagne Ă  l’Italie, de l’Espagne Ă  l’Angleterre.

Le plateau, très relevĂ©, suscite beaucoup d’attentes, sauf qu’il faudra patienter jusqu’en mars pour connaĂ®tre les 24 Ă©quipes du tournoi.

Dernières chances en mars

En effet, des barrages (du 26 au 31 mars) offriront quatre billets aux sĂ©lections qui n’ont pas rĂ©ussi Ă  terminer parmi les deux premières de leur poule des Ă©liminatoires.

Pour espĂ©rer un repĂŞchage, il faut avoir terminĂ© en tĂŞte de son groupe de la Ligue des nations, phase qui s’est achevĂ©e en… novembre 2018.

Ce système, qui repose sur quatre “voies” dĂ©terminĂ©es par le niveau des Ă©quipes, permettra Ă  un petit de s’inviter Ă  la table des grands. Ainsi, un ticket sera mis en jeu entre le Kosovo, la GĂ©orgie, la MacĂ©doine du nord et le BĂ©larus, les quatre prĂ©tendants alignĂ©s dans la division la plus faible.

La Serbie, l’Ecosse, ou la Bosnie-HerzĂ©govine sont Ă©galement assurĂ©es de jouer les barrages.

Des pays vainqueurs de leur poule de Ligue des nations s’Ă©tant qualifiĂ©s via les Ă©liminatoires, comme la Finlande ou les Pays-Bas, ils cèdent leur place Ă  des Ă©quipes ayant obtenu des places d’honneur dans cette mĂŞme Ligue des nations: c’est le cas de l’Islande et de la Roumanie, par exemple.

La France menacĂ©e d’une poule de la mort

Certaines équipes peuvent craindre le pire lors du tirage au sort de la phase finale, prévu le 30 novembre à Bucarest.

La France, bien que championne du monde, ne devrait pas figurer dans le premier chapeau qui réunit les six meilleures nations des éliminatoires, sauf improbable scénario.

Les Bleus doivent espĂ©rer une dĂ©faite de l’Allemagne contre l’Irlande du nord, cumulĂ©e Ă  une performance de l’Estonie aux Pays-bas (dĂ©faite par deux buts d’Ă©cart maximum) pour rester parmi les six tĂŞtes de sĂ©rie.

Sinon, ils peuvent craindre de tomber dans la “poule de la mort” qui pourrait les mettre aux prises avec l’Allemagne (ou la Belgique), le Portugal et la Serbie.

L’Ă©quipe de Cristiano Ronaldo, tenante du titre, n’a pour le moment qu’un seul orteil dans le deuxième chapeau. Si les “Oranje” battent les modestes Estoniens, elle chutera d’un cran, dans le troisième pot dont elle sera clairement l’Ă©pouvantail.

Phases finales déjà partiellement connues

A tournoi hors-normes, organisation hors-normes. Les pays hôtes qualifiés connaissent déjà la poule dans laquelle ils vont jouer et sont assurés de disputer au moins deux matches de poule à domicile.

Par exemple, l’Italie, alors que Rome accueillera le match d’ouverture le 12 juin, sera dans le groupe A, et l’Angleterre, oĂą aura lieu la finale le 12 juillet, dans le D.

Le Danemark et la Russie seront Ă©galement dans le groupe B qu’ils accueillent conjointement. En vertu de ce tirage largement prĂ©dĂ©fini, ils ont de fortes chances d’ĂŞtre rejoints par la Belgique tĂŞte de sĂ©rie, si l’Allemagne termine première de sa poule.