Espagne: un départ de Messi? “Pas un drame” pour la Liga, dit Tebas à l’AFP

Le président de la Ligue espagnole (LaLiga) Javier Tebas lors d’un entretien à l’AFP, à Madrid, le 21 octobre 2020
Par Gabriel RUBIO GIRON / © 2020 AFP

Si Lionel Messi s’en va, “ce ne serait pas un drame” pour le Championnat d’Espagne, a assuré jeudi le président de la Ligue espagnole (LaLiga) Javier Tebas dans un entretien à l’AFP, à l’approche d’un clasico Barcelone-Real Madrid inhabituellement organisé à huis clos samedi (16h00).

Question: Le clasico Barça-Real perd-t-il de sa saveur s’il est disputé à huis clos ?

Réponse: “N’importe quel match de football perd de son importance s’il est disputé sans public. Mais le clasico reste le clasico. Je crois qu’après plus de 300 matches disputés à huis clos, il a été prouvé que le spectacle offert par les joueurs sur le terrain reste le même. Et les audiences le montrent: les gens regardent. Le clasico, c’est le match de football entre clubs le plus important au monde. C’est une marque désormais bien identifiée, et qui fait graviter beaucoup de gens autour de lui.”

Q: Savez-vous quand le public pourra revenir dans les stades en Espagne ?

R: “C’est une décision qui revient au gouvernement. Jusqu’à ce qu’il y ait un vaccin, je pense qu’il sera compliqué de revoir du public dans nos stades. A court terme, ce n’est pas une priorité. La priorité est que la compétition continue et qu’elle ne soit pas suspendue”.

Q: Quels seront les prochains défis du football espagnol face à la pandémie ?

R: “Le principal défi en lien avec la situation sanitaire est économique. Les clubs n’enregistrent plus de recettes de billetterie. Cela affecte surtout les plus grands clubs, qui ont aussi d’autres revenus en baisse, comme les musées, les boutiques qui ne sont pas à leur plein rendement. Ça nous affecte, c’est notre défi. Notre système de contrôle économique a permis de réduire de façon conséquente les dépenses des clubs. Nous sommes l’un des championnats européens qui a le moins dépensé en recrutement. L’an dernier, les clubs avaient dépensé 1,2 milliard d’euros au mercato, cette année un peu moins de 400 millions.”

Q: Combien d’argent a perdu LaLiga la saison passée avec la crise sanitaire ? Et combien pourrait-elle perdre cette saison ?

R: “L’an dernier, nos clubs ont perdu environ 600 M d’EUR. Cette saison, si tout continue à des niveaux similaires jusqu’à la fin, on s’approcherait du 1 milliard (d’euros) de pertes. On espère que l’on pourra récupérer une partie en janvier ou février, dès l’apparition du vaccin, avec une présence limitée du public dans les stades. Dans ce cas, on évaluerait nos pertes à environ 600 millions d’euros cette saison, mais tout dépendra de la présence du public dans les stades.”

Q: Lionel Messi a surpris la planète foot cet été en voulant un temps quitter le Barça, à un an de la fin de son contrat en 2021. Pensez-vous qu’il restera jusqu’à la fin de sa carrière à Barcelone ?

R: “Je l’ignore. Il est là cette saison, et Messi fera ce qu’il doit faire. En revanche, je pense que si Messi quitte le Barça, la marque +Messi-Barcelone+, cette marque commerciale qui existe et fonctionne très bien partout dans le monde, en serait très affectée. Je crois que Messi doit bien réfléchir à ce qu’il veut faire.”

Q: La Liga serait-elle touchée si Messi s’en va ?

R: “Ce ne serait pas un drame. Cristiano Ronaldo est parti (du Real Madrid à la Juventus de Turin en 2018, ndlr), Neymar est parti (du Barça au Paris SG en 2017, ndlr), et ça n’a pas été un drame. Neymar est parti au PSG, et je ne crois pas que le championnat de France soit désormais positionné sur le devant de la scène internationale. C’est la réalité. Ceux qui pensent que les joueurs sont ceux qui font les championnats ou la marque d’une compétition se trompent.”

Q: Quel est votre avis sur les spéculations autour de la Super Ligue européenne ?

R: “A mon avis, ce ne sont que des stratégies de pression. Des noms de clubs apparaissent, mais je n’ai vu aucun dirigeant de ces clubs dire qu’il sont en train d’y travailler. S’ils le font, ils pourraient être un peu plus transparents. Tout est si clandestin que, comme je l’ai dit, ça me paraît être une idée que l’on a dans un bar à cinq heures du matin, à concevoir un projet caché avec deux verres à la main. Cela démontre qu’ils ne comprennent rien à la culture du football européen et aux droits télévisuels. Si un sponsor veut perdre de l’argent, qu’il investisse dans ce projet, c’est l’idéal. Beaucoup de grands clubs d’Europe pensent que l’écosystème que nous avons créé, avec des championnats forts et une Ligue des champions forte, fonctionne toujours. Alors s’il fonctionne, pourquoi le changer ?”

Propos recueillis par Gabriel RUBIO GIRON.