Quique Setien sur le banc de Las Palmas lors du match contre l’Atletico Madrid, le 17 dĂ©cembre 2016 Ă  Vicente-Calderon
Par Patxi VRIGNON-ETXEZAHARRETA / © 2020 AFP

PassionnĂ© du jeu d’Ă©checs et respectĂ© en Liga pour son goĂ»t du beau football inspirĂ© des prĂ©ceptes de Johan Cruyff, “Quique” Setien (61 ans) est un entraĂ®neur quasi-inconnu hors d’Espagne, bombardĂ© lundi sur le banc du FC Barcelone après avoir fait briller des Ă©quipes modestes.

Qui est Enrique “Quique” Setien ? Le nouveau coach du Barça manque de rĂ©fĂ©rences europĂ©ennes, mais a gagnĂ© une notoriĂ©tĂ© depuis 20 ans en Espagne, avec notamment son excellente campagne 2017-2018 au Betis SĂ©ville et le beau jeu tournĂ© vers l’offensive pratiquĂ© par les Andalous cette annĂ©e-lĂ .

De quoi lui trouver des liens avec le fameux “tiki-taka” catalan, ce jeu de passes au sol et de possession qui a fait la gloire du club blaugrana sous l’âge d’or de Pep Guardiola (2008-2012), lui-mĂŞme inspirĂ© des principes Ă©dictĂ©s par Cruyff.

“Un fil relie Guardiola Ă  Setien”

“Il existe un fil qui relie Guardiola Ă  Setien”, avait confiĂ© Marc Bartra, dĂ©fenseur passĂ© par le Barça et le Betis, en septembre 2018 au journal El Pais. “Dans ce Betis (de Setien), j’ai retrouvĂ© l’entraĂ®nement que je suivais avec Guardiola et Luis Enrique”, avait-il ajoutĂ©.

Esthète, Setien lui-mĂŞme a dit admirer le jeu catalan, en particulier le jeu du sextuple Ballon d’Or Lionel Messi.

“C’est un luxe d’avoir pu connaĂ®tre Messi et de pouvoir le voir jouer chaque semaine. A lui seul, il dĂ©bloque presque tous les matches. Son dernier but, j’avais l’impression qu’on jouait sur PlayStation!”, avait encensĂ© le technicien après un revers 4-1 encaissĂ© Ă  domicile contre le Barça, le 17 mars 2019.

Ce soir-lĂ , Sergio Busquets, milieu du club catalan, lui avait offert son maillot, dĂ©dicacĂ© avec ce petit mot: “Pour Quique, avec mon admiration pour ta manière de voir le football”.

NĂ© Ă  Santander, oĂą il a commencĂ© sa carrière de joueur professionnel (en 1977) et sa carrière d’entraĂ®neur professionnel (en 2001), Setien a mĂ»ri sa science du football comme milieu de terrain Ă  l’AtlĂ©tico Madrid (1985-1988), Logroño (1988-1992), Santander (1977-1985, puis 1992-1996) et Levante (1996). Ses meilleures annĂ©es le conduiront jusqu’Ă  la Coupe du monde 1986 au Mexique avec la Roja (3 sĂ©lections).

“J’ai essayĂ© de faire ce qu’on me demandait, mais ça ne m’a pas rĂ©ussi. Donc j’ai essayĂ© de rester libre sur le terrain, de jouer mon football. C’est quand j’ai vu jouer le Barça de Cruyff que j’ai rĂ©ellement commencĂ© Ă  comprendre comment les choses fonctionnaient. J’ai beaucoup appris avec eux”, dĂ©taillait Setien Ă  la première personne, dans une tribune publiĂ©e par Marca, en mai 2018.

La Ligue des champions, la grande inconnue

Comme entraîneur, Setien a bourlingué sur les bancs espagnols, passant par six clubs en presque 20 ans de métier, dont Santander (2001-2002), El Ejido (2003-2004), Logroño (2007-2008), Lugo (2009-2015), et Las Palmas (2015-2017). Et même une pige comme sélectionneur de Guinée équatoriale, en 2006-2007.

Au Betis, après une saison 2017-2018 magique, le jeu prĂ´nĂ© par “Quique” Setien n’a pas portĂ© ses fruits lors de l’exercice suivant, avec une dĂ©fense souvent aux abois… ce qui a poussĂ© la formation andalouse Ă  se sĂ©parer de lui en mai 2019, un an avant la fin de son contrat.

En novembre 2018, Setien est devenu le seul entraĂ®neur depuis 10 ans Ă  avoir battu le Barça au Camp Nou (4-3) et le Real Madrid Ă  Santiago-Bernabeu (0-1 en septembre 2017). Et il a rĂ©ussi Ă  hisser le Betis jusqu’Ă  une 6e place en Liga, synonyme de qualification pour la Ligue Europa.

Mais l’expĂ©rience europĂ©enne tournera court, et le Betis chutera dès les 16es de finale contre Rennes (3-3, 1-3). La seule tâche dans le CV de ce tacticien de Cantabrie passionnĂ© par la pratique des Ă©checs, qui devra dĂ©sormais trouver les solutions pour imprimer son idĂ©al footballistique Ă  un Barça qui espère retrouver son ADN.

Aura-t-il les Ă©paules pour gĂ©rer un vestiaire rempli de stars ? Aura-t-il les clĂ©s pour redonner de l’allant Ă  une attaque blaugrana privĂ©e de Luis Saurez jusqu’en mai (opĂ©rĂ© du genou droit) et d’Ousmane DembĂ©lĂ© jusqu’Ă  fin fĂ©vrier (blessĂ© Ă  la cuisse droite) ?

Avant le clasico retour de Liga qui se profile le 1er mars Ă  Santiago-Bernabeu contre le Real Madrid, Setien devra avoir pleinement endossĂ© son nouveau costume pour le 8e de finale de Ligue des champions, sa première en C1, contre Naples le 25 fĂ©vrier… Histoire de se faire un nom sur la planète football.