Le défenseur de Barcelone, Gérard Piqué (c), lors du match de Ligue des champions face au Slavia Prague, à Prague, le 23 octobre 2019
/ © 2019 AFP

Le report au 18 décembre du “clasico” entre Barcelone et le Real Madrid, pour cause de manifestations violentes en Catalogne, “n’était pas nécessaire”, a jugé le défenseur du Barça Gérard Piqué, qui avait pris position pour l’indépendance de la région.

“Mon opinion est que le report n’était pas nécessaire”, a déclaré le joueur à la radio Cadena Ser.

“C’est le bon sens que de dire que dans les stades espagnols il n’y a pas de violence. Nous sommes un peuple civilisé”, a ajouté le défenseur central.

“Ce même week-end le match Espanyol-Villareal s’est joué (à Barcelone, NDLR) et rien ne s’est passé. Et pourquoi, si ça devait se produire avant, rien ne se passerait le 18 décembre ?”, a ajouté Piqué, selon qui ce report a eu pour effet de “magnifier un problème qui n’était pas un problème initialement”.

La Fédération espagnole a fixé au 18 décembre la nouvelle date du “clasico”, initialement programmé le 25 octobre. La décision a été prise “après avoir analysé ces derniers jours les propositions des deux clubs”, qui ont tous deux proposé cette date, selon la même source.

Entre le 14 et le 18 octobre, des affrontements avec la police ont fait environ 600 blessés (manifestants et agents confondus), principalement dans le centre de Barcelone, hérissé presque chaque nuit de barricades en feu.

Les manifestations, pacifiques depuis leur début en 2012, avaient pourtant dégénéré en violences pour la première fois après la condamnation le 14 octobre des leaders sécessionnistes.