Espagne: Messi, seul remède d’un Barça souffrant

L’attaquant argentin de Barcelone, Lionel Messi, lors du match de Liga à domicile face à Levante, le 13 décembre 2020
/ © 2020 AFP

Humilié par la Juventus de Turin de son “meilleur ennemi” Cristiano Ronaldo mardi, Lionel Messi a sauvé le FC Barcelone d’une nouvelle désillusion contre le relégable Levante dimanche avec un but inespéré lors de la 13e journée de Liga, pour arracher un succès brouillon (1-0).

Désordonné, inefficace et pas plus étincelant que lors de ses deux dernières défaites face au promu Cadix le week-end dernier en Liga (1-0) et face à la Juve mardi en C1 (3-0), le Barça n’a pas soigné ses maux, mais le sextuple Ballon d’Or a offert une respiration bienvenue aux Catalans, empêtrés à la 8e place au classement, avec cette frappe puissante et croisée du gauche à la 76e minute.

Un but qui hisse à cinq son total de la saison 2020-2021 en Liga, et qui le place à une petite unité du “Roi Pelé” et ses 643 réalisations avec le seul club de Santos au Brésil, un record.

Terne attaque

Malgré ce succès brouillon, seulement le 5e en 11 matches de Liga, les Blaugranas n’ont pas gommé tous leurs soucis avant les fêtes.

Les Catalans ont terriblement manqué de profondeur, de combinaisons, et ont surtout perdu tout leur caractère séduisant.

Le quatuor d’attaquants (Griezmann, Messi, Coutinho, Braithwaite) a longtemps bataillé pour réussir à tromper Aitor Fernandez sur ses rares frappes cadrées.

Martin Braithwaite, qui a démarré la partie sur l’aile gauche, a été le premier a porter le danger devant les cages du portier basque par une frappe cadrée (16e), avant d’être repositionné à son véritable poste de N.9 en deuxième période.

Les cadres ont aussi tenté… sans être à la hauteur de leur talent. Antoine Griezmann, sur un corner frappé par Messi, a buté contre le portier adverse, puis Clément Lenglet, sans contrôle, n’a pas cadré sa frappe (22e).

Sergio Busquets, l’un des piliers de l’illustre Barça des années Pep Guardiola (2008-2012), fêtait dimanche sa 593e apparition sous le maillot blaugrana, soit autant que la légende Carles Puyol à la 4e place des joueurs avec le plus de matches disputés au Barça… Mais à l’instar d’un club qui s’accroche à ses stars en déclin, Busquets n’a pas tenu le rythme, et a dû être remplacé par le jeune Pedri (18 ans) à la 58e.

La Real Sociedad repasse leader

Levante, de l’autre côté, a été étonnamment très séduisant sur la pelouse du Camp Nou : les Valenciens, premiers relégables (18es), ont eu quelques occasions en première période, et le secteur offensif a été finement mené par l’intenable Dani Gomez (22 ans), formé au Real Madrid et étincelant dimanche à Barcelone.

Le club catalan accuse désormais un retard jamais vu ces deux dernières décennies sur la tête du championnat : à 9 pts de l’Atlético Madrid (2e, 26 pts), battu 2-0 par le Real Madrid (3e, 23 pts) samedi dans le derby de la capitale espagnole.

Autant de points les séparent du leader, la Real Sociedad, qui sera leur prochain adversaire lors d’un match avancé de la 19e journée, mercredi soir (21h00) à Saint-Sébastien.

Dimanche après-midi, les Basques ont ouvert le score à la 20e minute par un boulet de canon tiré par sa jeune pépite Ander Barrenetxea, avant de se voir rejoints sur la réplique de Sergi Enrich (65e) pour le voisin Eibar en deuxième période. Un nul rageant pour les hommes d’Imanol Alguacil, tant ils ont eu des occasions, notamment par le Suédois Alexander Isak, pour accroître leur avance (11e, 21e).

Mais ce petit point leur permet toutefois de regagner la première place au bénéfice du nombre de buts marqués devant l’Atlético Madrid (26 pts chacun). La course au titre est toujours ouverte.